Archives par mot-clé : Première

COMPOSITION Histoire Première “La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) : une guerre d’anéantissement.”

COMPOSITION

 La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) : guerre d’anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. 

Vous montrerez dans quelles mesures on peut affirmer que la Seconde Guerre mondiale fut une guerre d’anéantissement. Vous réserverez un moment particulier de votre réflexion à l’analyse de la destruction des juifs et des Tziganes d’Europe. 

                 La Seconde Guerre mondiale (1939-19145) est une guerre d’anéantissement caractérisée par la forte proportion des civils parmi les victimes de guerre (entre 55% et 65% selon les régions) et par le génocide perpétré par les nazis et leurs alliés contre les juifs et les Tziganes. Continuer la lecture de COMPOSITION Histoire Première “La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) : une guerre d’anéantissement.”

DÉFINITIONS – Géographie – “Géographie.”

Les définitions

Géographie

LÉVY (Jacques) et LUSSAULT (Michel), sous la direction de, Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés. , 2003, Paris, aux éditions belin, 1034 pages, résumé des articles « Épistémologie de la Géographie », pages 323 à 325, « Géogramme », pages 397 à 398 et « Géographie », pages 399 à 401. Disponible au CDI.

Du Grec (la Terre) et graphein (Graver). Science qui a pour objet l’espace et donc la dimension spatiale des sociétés.

Dans un premier moment la Géographie cherche à repérer, identifier et expliciter les lieux et les localités.  Continuer la lecture de DÉFINITIONS – Géographie – “Géographie.”

ATLAS – Géographie & Géopolitique – France, “Le réseau hydrographique français.”

ATLAS Géographie Lycée

ATLAS

Atlas de Géographie & de Géopolitique

« France, le réseau hydrographique français. »

Aperçu 1. Le réseau hydrographique français, la réalisation cartographique.
Continuer la lecture de ATLAS – Géographie & Géopolitique – France, “Le réseau hydrographique français.”

Géohistoire – Géohistoire de la mondialisation (Schéma).

GÉOHISTOIRE

Géohistoire de la mondialisation

Cet article comporte 6 diapositives. Le document principal est à télécharger en fin d’article.

Diapositive 1 _ Vue d’ensemble

Diapositive 2 Continuer la lecture de Géohistoire – Géohistoire de la mondialisation (Schéma).

COURS À DISTANCE – Classes de Première, “Planning de la semaine du 4 janvier 2021”

1ère A & B – Géographie – Mondialisation, métropolisation – littoralisation.

 Exercice « Du texte au croquis »

A remettre au cours de la semaine du 11 janvier 2021

Grille d’évaluation

Sélectionner les informations pertinentes dans le texte  

 

/4

Fournir une légende organisée, équilibrée et précise  

 

/4

Choisir des figurés pertinents  

 

/4

Placer et nommer les lieux – espaces avec justesse  

 

/4

Proposer un croquis clair, efficace  

 

/4

Le texte :

La circulation de flux de toute sorte (produits agricoles et manufacturés, matières premières énergétiques, capitaux, informations, mobilités) est la caractéristique principale de la mondialisation. Dans le monde, quelques espaces productifs ont un poids considérable dans la production et les échanges de richesses : l’Amérique du Nord, l’Union Européenne et l’Asie orientale assurent la majorité des exportations mondiales. Les États qui génèrent le plus de richesses (PIB 2019 selon la Banque Mondiale) sont tous situés dans ces trois régions. Il s’agit des États-Unis (21 000 milliards de dollars US), de la République Populaire de Chine (14 000 milliards de dollars US), du Japon (5 000 milliards de dollars US), de l’Allemagne (3 800 milliards de dollars US), de l’Inde (2 800 milliards de dollars US) et du Royaume-Uni (2 800 milliards de dollars US). Les échanges entre les trois régions de la Triade se comptent en milliards de dollars US. Selon l’OMC, la valeur des marchandises et des services échangés entre l’Amérique du Nord et l’Asie orientale en 2017 s’élevait à 1 500 milliards de dollars US. Les flux sont équivalents entre l’Europe de l’ouest et l’Asie orientale, légèrement inférieurs entre l’Europe de l’ouest et l’Amérique du nord (900 milliards de dollars).

Les métropoles impulsent les activités stratégiques et polarisent les flux à haute valeur ajoutée.Londres, New York, Hong Kong, Paris, Tokyo et Singapour apparaissent en tête de l’édition 2020 du classement The World According to GaWC. Ces métropoles, véritables global cities pour reprendre le terme proposé par S. SASSEN, assurent des fonctions de commandement dans le domaine financier (bourses du NYSE et du NASDAQ à New York, bourse du JEG à Tokyo), dans le domaine des banques et des assurances (HSBC et Lloyd’s à Londres) et ont une ouverture internationale maximale (aéroport de Singapour, attractivité touristique de Paris). Certaines villes (Chicago, Atlanta, Milan, Sao Paulo, Mumbai, Sydney, Johannesburg, Dubaï) sont des relais essentiels.

Le transport maritime assure 80% des échanges mondiaux. La recherche d’une efficacité économique croissante entraîne la littoralisation des hommes et des activités.Lloyd’s a récemment publié une liste des 100 premiers ports mondiaux (conteneurs traités[1]). Dans ce classement figurent essentiellement des ports asiatiques. On trouve dans l’ordre : le port de Shanghai (42 000 000 EVP traités en 2018), le port de Singapour (37 000 000 EVP traités en 2018), le port de Ningbo-Zhoushan en Chine (26 000 000 EVP traités en 2018), le port de Shenzhen en Chine (25 000 000 EVP traités en 2018), le port de Guangzhou en Chine (22 000 000 EVP traités en 2018) et le port de Busan en Corée (21 000 000 EVP traités en 2018). Il s’agit de lieux qui associent infrastructures de production, de stockage et de transport. On parle alors de Zone Industrialo-portuaires. Des ports américains (Los Angeles-Long Beach, Savannah, Vancouver, Houston), européens (Rotterdam, Anvers) et africains (Tanger, Port Saïd, Durban) figurent en bonne place dans ce classement. Quatre grandes façades maritimes mondiales (européenne du Havre à Hambourg ; américaines du nord de Boston à Miami et sur la côte pacifique entre Los Angeles et San Diego ; asiatique de Tokyo à Singapour) apparaissent.

[1] 1 petit conteneur (20 pieds de long) compte 1 EVP ; un grand conteneur (40 pieds de long) compte 2 EVP.

Documents à télécharger :

1ère_décembre2020_mondialisation_littoralisation_du texte au croquis

Articles complémentaires :

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Cours à distance”