Archives par mot-clé : XXe siècle

L’immigration italienne aux États-Unis vue au travers de l’œuvre Le Parrain (Mario PUZO, 1960, et Francis FORD COPPOLA, 1972 & 1974)

2de – HISTOIRE – (2) Une vague migratoire européenne du XIXe siècle.

L’immigration italienne aux États-Unis vue au travers de l’œuvre Le Parrain (Mario PUZO, 1960, et Francis FORD COPPOLA, 1972 & 1974)

            Les Italiens migrent en masse, particulièrement aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, avant que la politique des quotas mise en place progressivement n’en restreigne les flux. Ils constituent sur la côte Est et dans la région des Grands Lacs des communautés, dont la plus connue est Little Italy à New York. Mario PUZO dans son roman Le Parrain (1960), et Francis FORD COPPOLA dans deux films (Le Parrain, 1972 et Le Parrain Partie II, 1974) ont raconté la vie de cette communauté immigrée. Ces deux auteurs sont  issus de la communauté italo-américaine, ont grandi à New York, leur témoignage est donc précieux. Les deux scènes d’ouverture permettent de comprendre les motivations, les modalités d’émigration et les conditions d’installation des Italiens à New York. La scène d’ouverture du Parrain Partie II permet de comprendre les causes de cette immigration : la scène présente la vie en Sicile au tout début du XXe siècle. Vito, dont la famille est massacrée par un chef mafieux local, fuit la misère paysanne, la violence et les maladies (Variole). Les conditions de voyage sont sordides, les immigrants entassés sur des navires surchargés. L’arrivée à Ellis Island est brutale : les corps filmés sont décharnés, révélateur des conditions de vie misérables en Sicile. La scène d’ouverture du Parrain montre le face à face tragique entre Don Vito Corleone, devenu un chef de la mafia italienne de New York, et un entrepreneur italo-américain qui lui demande de venger sa fille violentée. La scène oppose deux conceptions de l’immigration : Don Vito Corleone est ironiquement devenu ce pourquoi il avait fui, un padrino opprimant ses coreligionnaires, régnant sur un empire de racket, de jeux clandestins, d’alcool et de prostitution, refusant l‘intégration. Le père démuni explique ses efforts pour s’intégrer et faire de ses enfants de bons Américains. L’immigré qui a refusé l’assimilation et a construit autour de lui une « petite Italie » triomphe. Francis FORD COPPOLA récuse le mythe du Melting Pot, d’une Amérique creuset de la fusion entre migrants, et lui préfère le Salad Bowl, décrivant les États-Unis comme une constellation de communautés gardant leurs traits distinctifs.

© Erwan BERTHO (2017)

→ Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal au format Microsoft Office Word :

Les migrations italiennes à travers Le Parrain

Articles complémentaires :

→ Pour accéder à la leçon “Une vague migratoire européenne au XIXe siècle”, cliquez ICI

→ Pour accéder au programme d’Histoire des classes de Seconde, cliquez ICI.

Les index de la Cinémathèque virtuelle : 

→ Pour accéder à l’index classé par réalisateurs de la Cinémathèque virtuelle, cliquez ICI.

→ Pour accéder à l’index classé par titres des films de la Cinémathèque virtuelle, cliquez ICI.

→ Pour accéder à l’index classé par années de sortie des films de la Cinémathèque virtuelle, cliquez ICI.

→ Pour accéder à l’index classé par cycle de la Cinémathèque virtuelle, cliquez ICI.

CORRECTION DE DEVOIR – COMPOSITION HISTOIRE, classe de Première ES/L: “La guerre au XXe siècle”

« Guerres mondiales et espoirs de paix au XXe siècle en Europe. »

Dans quelles mesures peut-on affirmer que le bilan effroyable des deux guerres mondiales (1914-1919 et 1937-1945) a permis aux Européens d’incarner leurs espoirs de paix dans des institutions efficaces, capables d’assurer la sécurité collective ?  Continuer la lecture de CORRECTION DE DEVOIR – COMPOSITION HISTOIRE, classe de Première ES/L: “La guerre au XXe siècle”

Exercice d’Histoire Analyse d’un document “Le Rideau de fer” Churchill à Fulton, 1946

 

COMMENTAIRE D’UN DOCUMENT D’HISTOIRE

« The Sinews of Peace. »

Correction

1. Présentez le document. 

            Le document intitulé « The Sinews of Peace » est un extrait du discours prononcé le 5 mars 1946 au Westminster College de l’Université de Fulton (Etat du Missouri, Etats-Unis) par l’ancien Premier Ministre de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, Sir Winston Churchill. Il dénonce dans ce discours les exactions commises par les partis communistes des pays d’Europe centrale et orientale avec la bénédiction de l’Armée Rouge.

            Winston Churchill, battu l’année passée aux élections législatives britanniques, donne des conférences dans les universités anglophones et se trouve naturellement invité aux Etats-Unis. C’est en 1946 un vieux routier de la politique dans laquelle il est entré à la suite de son père, Lord Randolph, avant la Première Guerre mondiale (1914-1919). Il a déjà joué des rôles de premier plan (Premier Lord de l’Amirauté, 1913-1915) mais c’est la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) qui lui donne l’occasion de montrer son exceptionnelle envergure. Il incarne le « bouledogue britannique » qui refuse la défaite face aux Nazis et promet à son peuple (1940) « du sang, de la sueur et des larmes ». Loin de la caricature du lion acharné Winston Churchill est avant tout un fin politique qui voit avant tout le monde l’atout que représente Charles de Gaulle (18 juin 1940) et la nécessité d’appuyer par tous les moyens Staline et l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS). L’affaire n’allait pourtant pas de soit : en effet Staline avait conclu avec les Nazis un « pacte de non-agression » (Pacte Molotov-Ribbentrop, Moscou 1939) et avait envahi la Pologne (octobre 1939) avant de la dépecer de concert avec le IIIe Reich. Mais agressée à son tour (Juillet 1941, déclenchement de l’opération nazie Barbarossa) l’URSS avait eu besoin des armes américaines et des navires britanniques. Churchill, représentant de la nation la plus libérale et gestionnaire du plus vaste empire colonial du monde, avait compris que la guerre en Europe se jouerait d’abord en URSS. La « Grande Alliance » était née. Cependant la chute du régime nazi (capitulation sans condition du IIIe Reich les 7, 8 et 9 mai 1945) avait laissé les Soviétiques maîtres d’une immense partie de l’Europe. Et les dirigeants britanniques alertaient depuis des mois les Américains sur les violations répétées des droits de l’homme en zone d’occupation soviétique.

            Quelle analyse Winston Churchill fait-il de la situation géopolitique mondiale moins d’un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale ?

Continuer la lecture de Exercice d’Histoire Analyse d’un document “Le Rideau de fer” Churchill à Fulton, 1946