Archives par mot-clé : mensonge

ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints “La mort parmi les vivants.”

« La mort parmi les vivants. »

« […] L’escalier roulant était encore en panne. L’écriteau le disait en cours de maintenance. Des sans-abris étaient étendus sous des couvertures crasseuses. Un rat filait vers son trou. Une odeur de pourriture imprégnait l’atmosphère. Plus personne ne faisait attention à tout cela. La mort déambulait depuis longtemps parmi les vivants. Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints “La mort parmi les vivants.”

FICHES DE LECTURE – MABANCKOU, “Lumières de Pointe-Noire” (2013) par RAYMOND & KONTE

CRITIQUE LITTÉRAIRE

Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire, 2013, Paris, Prix littéraire 2013 de la fondation Prince Pierre de Monaco

« J’ai longtemps laissé croire que ma mère était encore en vie. »

FICHE TECHNIQUE

Mabanckou (Alain), Lumières de Pointe-Noire, 2013, Paris, aux éditions Seuil, 281 pages, collection « fiction & Cie », Prix de la Fondation Pierre de Monaco 2013. Continuer la lecture de FICHES DE LECTURE – MABANCKOU, “Lumières de Pointe-Noire” (2013) par RAYMOND & KONTE

ANTHOLOGIE – 1993 – Amadou Hampâté BA, “Petit Bodiel et autres contes de la savane”, “Le mensonge devenu vérité”

« La force du mensonge. »

 « […] Le mensonge devenu vérité

 Conte peul

Un jour, une hyène, furetant aux abords d’un village, trouva un chevreau mort. Tout heureuse, elle le ramassa, s’éloigna du village et le traîna dans un bosquet pour y faire tranquillement ripaille. Mais au moment où elle s’apprêtait à manger, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1993 – Amadou Hampâté BA, “Petit Bodiel et autres contes de la savane”, “Le mensonge devenu vérité”

ANTHOLOGIE – 1997, Boris Boubacar DIOP, Le Cavalier et son ombre. “Le Président était le pantin idéal.”

« Le Président était le pantin idéal. »

 « […] Une odeur nauséabonde les fit reculer de quelques pas. Une odeur de cadavre.

Au même instant, une voix retentit derrière eux :

– bienvenue dans ma modeste retraite.

C’était le Président.

Il avait fière allure dans son célèbre grand boubou trois-pièces d’un blanc immaculé Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1997, Boris Boubacar DIOP, Le Cavalier et son ombre. “Le Président était le pantin idéal.”