Archives par mot-clé : Historiographie

HISTORIOGRAPHIE – Romain BERTRAND, “L’Histoire à parts égales” (3/3), “Rien ne doit être tenu pour connu.”

HISTORIOGRAPHIE

ÉPISTÉMOLOGIE DE L’HISTOIRE

Romain BERTRAND, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe XVIIe siècle). , Paris, 2011

« Rien ne doit être tenu pour connu. »

« […] La première de ces prémisses [fondamentales de l’européocentrisme] pose comme évidente l’unicité – calendaire et métrologique – des arènes de la rencontre. Parce qu’elle tient pour acquise la validité universelle des versions européennes du temps et de l’espace, la prose européocentriste ne s’embarrasse pas de considérations, autres que lapidaires et péjoratives, Continuer la lecture de HISTORIOGRAPHIE – Romain BERTRAND, “L’Histoire à parts égales” (3/3), “Rien ne doit être tenu pour connu.”

HISTORIOGRAPHIE – 1984 – Robert DARNTON – Le grand massacre des chats, “Les autres sont les autres.”

HISTORIOGRAPHIE

ÉPISTÉMOLOGIE DE L’HISTOIRE

Robert DARNTON, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, 1984, Paris

« Les autres sont les autres.”

« […] Introduction

                Cet ouvrage se propose d’explorer les manières de penser le monde dans la France du XVIIIe siècle. Il tente de faire apparaître non seulement ce que les individus pensent, mais comment ils pensent – la façon dont ils conçoivent le monde, l’interprètent, l’enrichissent de sens et d’émotions. Au lieu de suivre la voie toute tracée de l’histoire intellectuelle, cette enquête mène sur un terrain beaucoup moins exploré, connu en France sous le nom d’Histoire des mentalités.  Continuer la lecture de HISTORIOGRAPHIE – 1984 – Robert DARNTON – Le grand massacre des chats, “Les autres sont les autres.”

HISTORIOGRAPHIE – 1984- Robert DARNTON – Le grand massacre des chats, “Ces visions pour nous si étrangères.”

HISTORIOGRAPHIE

ÉPISTÉMOLOGIE DE L’HISTOIRE

Robert DARNTON, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, 1984, Paris

« Ces visions pour nous si étrangères.”

« […] Introduction

[…] À cet égard, rien n’est plus profitable que de parcourir les archives. On ne peut guère lire une lettre écrite sous l’Ancien Régime sans avoir certains étonnements – qu’il s’agisse de la crainte permanente des maux de dents, très répandus à l’époque, ou de l’obsession de la récupération des déchets pour le tas de fumier pourtant limitée à certains villages. Ce qui était sagesse proverbiale pour nos ancêtres est totalement opaque pour nous.  Continuer la lecture de HISTORIOGRAPHIE – 1984- Robert DARNTON – Le grand massacre des chats, “Ces visions pour nous si étrangères.”

HISTORIOGRAPHIE – 1984 – Robert DARNTON – Le grand massacre des chats, “L’apparence extérieure du sens.”

HISTORIOGRAPHIE

ÉPISTÉMOLOGIE DE L’HISTOIRE

Robert DARNTON, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, 1984, Paris

« L’apparence extérieure du sens.”

« […] Introduction

[…] Cet aveu de non-systématisation n’implique pas que tout puisse être du domine de l’histoire des mentalités sous prétexte que tout peut passer pour de l’anthropologie. L’Anthropologie historique a une rigueur qui lui est propre, même si elle ressemble de façon suspecte à la littérature pour les sciences sociales « dures ». Elle part du principe que l’expression individuelle se situe au sein d’un langage général, Continuer la lecture de HISTORIOGRAPHIE – 1984 – Robert DARNTON – Le grand massacre des chats, “L’apparence extérieure du sens.”

HISTORIOGRAPHIE – Jean SEVILLIA – Historiquement incorrect, 2011

HISTORIOGRAPHIE – TEXTES ESSENTIELS

Jean SÉVILLIA, Historiquement incorrect, 2011, Paris

« La crise de l’histoire, en France, est une crise du lien social. »

EXTRAIT

« […] Contre le prêt-à-penser historique

                « Je hais mon époque », disait Saint-Exupéry peu avant sa mort. Dix ans plus tard, Albert Camus lui répondait : « Si bouleversant que soit ce cri, nous ne le prendrons pas à notre compte […] : cette époque est la nôtre et nous ne pouvons pas vivre en nous haïssant1. » Ce dialogue imaginaire caractérise notre temps : « Je hais mon histoire », semble dire notre société ; mais cette histoire est la nôtre et nous ne pouvons vivre en nous haïssant. Continuer la lecture de HISTORIOGRAPHIE – Jean SEVILLIA – Historiquement incorrect, 2011