HISTORIOGRAPHIE – Percey SHELLEY, “Ozymandias”

ÉPISTÉMOLOGIE DE L’HISTOIRE

Percey Byssie SHELLEY, Ozymandias

« Contemplez mes œuvres, ô Puissants, et désespérez. »

J’ai rencontré un voyageur venu d’une terre antique

Qui disait : « Deux jambes de pierre, vastes et sans tronc,

Se dressent dans le désert. Près d’elles, sur le sable

Mi-enfoui, gît un visage brisé, dont le sourcil qui se fronce

Et la lèvre plissée, et le ricanement de froide autorité

Disent que le sculpteur sut bien lire ces passions

Qui survivent encore, imprimées sur ces choses sans vie,

À la main qui les imita, ai cœur qui les nourrit.

Et sur le piédestal apparaissent ces mots :

« Mon nom est Ozymandias, roi des rois ;

Contemplez mes œuvres, ô Puissants, et désespérez. »

Rien de plus ne reste. Autour de la ruine

De ce colossal débris, sans bornes et nus

Les sables solitaires et unis s’étendent au loin. »

SHELLEY (Percey Byssie), Ozymandias. , traduit par Pierre MESSIAEN, in , Les romantiques anglais. , 1955, Paris, aux éditions Desclée de Brouwer, pages 707-709.