DEVOIRS & CORRECTIONS – COMPOSITION Histoire, Première, “Le bilan de la Seconde Guerre mondiale (1945-1947)”.

« Le bilan de la Seconde Guerre mondiale (1945 – 1947) »

Correction de la composition d’Histoire. / Plan détaillé. 

▐ INTRODUCTION

                La 2 septembre 1945 le Japon capitule devant les puissances occidentales. Le même jour le Vietnam d’Hô-Chi-Minh proclame son indépendance profitant de l’affaiblissement de la France, puissance de tutelle. Ainsi le même jour un monde nouveau s’ébauche sur les ruines d’un monde ancien : décolonisation, domination des États-Unis, déclin de l’impérialisme européen. Le bilan de la Seconde Guerre mondiale semble tout entier contenu dans cette conjonction d’événements.

                La Seconde Guerre mondiale commencée en Europe le 1er septembre 1939 par l’invasion de la Pologne par les armées nazies s’achève 6 ans plus tard en Asie le 2 septembre 1945 par la capitulation du Japon : pour la première fois de son histoire le Japon est occupé par une armée étrangère. En six ans l’épicentre du monde a basculé de l’Europe vers l’Asie consacrant au passage la superpuissance des deux géants riverains : les Etats-Unis sur la rive orientale du Pacifique et l’URSS sur la rive occidentale. L’année 1947 est celle d’une autre recomposition : la proclamation des doctrines Truman (mai 1947) et Jdanov (octobre 1947), la mise en place du plan Marshall d’aide américaine à l’Europe, les répressions coloniales (Madagascar, Indochine…) comme les indépendances (Indes) scellent la fin de la « Grande alliance » de 1941. La Seconde Guerre mondiale est bien finie : la « Guerre froide » commence.

                Comment le monde a-t-il pu passer en moins de deux ans des protestations d’amitiés éternelles succédant à une guerre mondiale et totale dont il avait eu tant de mal à sortir, à une autre guerre tout aussi mondiale, tout aussi totale et tout aussi meurtrière, la « Guerre froide » ?

                Nous verrons comment sur tous les plans le Monde est passé rapidement et insensiblement d’une guerre à l’autre que se soit par ses choix en matière de reconstruction (Ière partie) ou ses choix en matière de réorganisation des relations internationales (IIe partie) ou bien sur sa gestion de la question coloniale (IIIe partie).

▐ CONCLUSION

                En 1947 le Monde, ayant à peine entamé sa reconstruction, entre dans une nouvelle guerre mondiale, totale et meurtrière : la « Guerre froide ». Et la Seconde Guerre mondiale ne sert plus de repoussoir mais de guide-mémoire pour des combattants qui tuent, à nouveau, prioritairement les civils. Et là encore ceux qui sont résistants pour les uns sont terroristes pour les autres. Comme si la Paix n’avait été qu’un rêve de deux ans.

▐ LISTE DES SUJETS ASSOCIÉS

  • « Le bilan de la Seconde Guerre mondiale. »
  • « Le bilan de la Seconde Guerre mondiale en Europe. »
  • « 1945, année zéro ? »
  • « Les Trente glorieuses (1945 – milieu des années soixante-dix). »
  • « 1945 – 1947 : la naissance de la Guerre froide ? »
  • « Les relations internationales (1945 – 1947) »

▐ DÉVELOPPEMENT

I. DESTRUCTION. / (1945 – 1947) : UN MONDE DÉTRUIT EN DIFFICILE RECONSTRUCTION. / 

1. Le bilan matériel et politique de la Seconde Guerre mondiale (1939 – 1945) : la destruction des structures anciennes.

1°) Le bilan matériel de la Seconde Guerre mondiale, bilan de 6 années d’une guerre totale.

1/ Des destructions matérielles sans précédent qui paralysent le relèvement des Etats. 

2/ Le Plan Marshall (1947) et la naissance de deux projets européens.

2°) Le bilan politique de la Seconde Guerre mondiale : la faillite des idéologies totalitaires et la réorganisation politique du Monde. 

1/ La démocratie sort renforcée : symboliquement la première république occidentale (Les Etats-Unis) ont détruit le plus puissant totalitarisme fasciste (le IIIe Reich).

2/ La nouvelle carte du monde reste floue à la jonction des blocs (Grèce, Chine). 

2. Le bilan humain et moral de la Seconde Guerre mondiale : la crise de la culture occidentale. 

1°) Le bilan humain de la Seconde Guerre mondiale : le concept même de guerre totale est condamné mais les Etats-Unis gardant le monopole de la Bombe déséquilibrent les relations diplomatiques. 

2°) Le bilan moral de la Seconde Guerre mondiale : la culture occidentale invalidée par les vainqueurs comme les vaincus. 

II. RÉORGANISATION. / (1945 – 1947) : UN MONDE ORGANISÉ PAR DE NOUVELLES INSTITUTIONS INTERNATIONALES MAIS DOMINÉ PAR DEUX GRANDS, LES ÉTATS-UNIS ET L’URSS. / 

1. La naissance d’un arbitrage international dans les domaines économiques, politique et judiciaire. 

1°) La naissance d’une justice internationale. 

1/ L’Organisation des Nations Unies (26 juin 1945). Principes et fonctionnement.

2/ Les grands procès militaires de l’après-guerre : Nuremberg (1945-1946) et Tokyo (1946-1947). Réussites et limites d’une justice pénale internationale.

2°) La naissance d’un système économique international. 

1/ La conférence de Brettons Wood (1944) et la naissance d’un système monétaire international.

2/ Les nouvelles institutions économiques internationales : la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) garant de la prospérité pour tous ?

2. L’affirmation définitive des deux arbitres internationaux, les États-Unis d’Amérique et l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), et la fin de la « Grande Alliance ».

1°) Les deux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale : les États-Unis et l’URSS. 

1/ Les États-Unis d’Amérique, la puissance technique et financière du monde nouveau.

2/ L’URSS, la puissance idéologique et géopolitique.

2°) Les étapes de la rupture. 

1/ Les grandes conférences interalliées et la naissance du soupçon : de Yalta à Potsdam.

2/ Du « rideau de fer » (1946) aux doctrines Truman (mai 1947) et Jdanov (octobre 1947).

III. DÉCOLONISATION. / (1945 – 1947) : UN MONDE ANCIEN S’EFFONDRE, UN MONDE NOUVEAU ÉMERGE. 

1. Les prodromes et les causes immédiates de la décolonisation.

1°) Les mouvements indépendantistes de 1945.

1/ Les Philippines des Etats-Unis : ouverture du mouvement d’indépendance (1945).

2/ Les « événements » des 8 mai 1945 à Sétif (Algérie) et 2 septembre 1945 (Vietnam) et l’autisme des métropoles face au consensus américano-soviétique.

2°) Les causes immédiates de la décolonisation. 

 1/ L’échec humain et social du système colonial comme de l’idée coloniale. (1919 – 1939)

2/ Les promesses de guerre : les colonies échangent leur aide contre des promesses d’indépendance (1942 – 1945).

2. Les premières émancipations et la naissance de la « guerre coloniale ».

1°) Les premières émancipations. 

1/ Les indépendances attendues : 1945, l’émancipation des mandats de la SDN au Proche-Orient (Syrie et Liban).

2/ Les indépendances spectaculaires : Les Indes néerlandaises (1946) et les Indes britanniques (1947) nouvelles puissances asiatiques.

2°) La naissance de la « Guerre coloniale » : les guerres coloniales, premier champs de bataille de la « Guerre froide » ? 

1/ Les guerres coloniales en Asie : la répression à Madagascar (1947) et la guerre d’Indochine (1946-1954).

2/ La naissance de la question palestinienne.

 ▐ PASSER DU PLAN DÉTAILLÉ AU PARAGRAPHE RÉDIGÉ

2. L’affirmation définitive des deux arbitres internationaux, les États-Unis d’Amérique et l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), et la fin de la « Grande Alliance ». 

1°) Les deux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale : les États-Unis et l’URSS. 

1/ Les États-Unis d’Amérique, la puissance technique et financière du monde nouveau.

2/ L’URSS, la puissance idéologique et géopolitique.

 2°) Les étapes de la rupture. 

1/ Les grandes conférences interalliées et la naissance du soupçon : de Yalta à Potsdam.

2/ Du « rideau de fer » (1946) aux doctrines Truman (mai 1947) et Jdanov (octobre 1947).

 

                Si les nouvelles organisations sont mises en place pour assurer une gestion multilatérale des questions internationales, le monde est bien dominé par la puissance des deux « grands » : les Etats – Unis et l’URSS. Les Etats-Unis incarnent l’idéal libéral en politique comme en économie. D’ailleurs leur suprématie dans ce dernier domaine est absolue : leur monnaie est la monnaie de référence pour les taux de change, ils possèdent les deux tiers des stocks d’or et la moitié de la production industrielle. L’URSS bénéficie du double statut de martyre et de résistante : son prestige international est immense y compris en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis mêmes. C’est pour cela qu’il est très difficile aux observateurs de faire prendre conscience au monde de la duplicité russe. Au mépris des engagements pris à Yalta (février 1945) et Potsdam (Mai 1945) Staline mène une répression contre les opposants à la présence soviétique. Churchill à l’université de Fulton (Missouri) dénonce publiquement ce « rideau de fer » tombé de la Baltique à l’Adriatique. Comprenant enfin que la guerre a commencé, Harry Truman président des États-Unis déclare dans une allocution (mai 1947) que l’URSS est l’ennemi à contenir. Jdanov, idéologue du Kremlin répond pour les 30 ans de la Révolution de 1917 : il désigne les États-Unis et leurs alliés comme les ennemis des socialistes. La « Guerre froide » débute officiellement. 

© Erwan BERTHO (2009, 2010, 2015, révision juin 2017)

→ Pour télécharger le document principal en format Microsoft Office Word, cliquez c-dessous:

2deGMale 2.0 avec fiche méthode le paragraphe

Autour de la question :

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Guerres mondiales et espoirs de paix au XXe siècle”.

Print Friendly, PDF & Email