Tale HISTOIRE (15), les nouveaux États : de leur indépendance à leur affirmation politique sur la scène internationale

Tale HISTOIRE (15), les nouveaux États : de leur indépendance à leur affirmation politique sur la scène internationale

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les revendications d’indépendance ressurgissent, alors que les métropoles (France, Royaume-Uni, Pays-Bas) sont affaiblies matériellement et moralement. Ces mouvements nationalistes sont soutenus par les États-Unis et l’URSS. De plus, l’Organisation des Nations unies (ONU) proclame le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et s’oppose à la colonisation (Charte des Nations unies, 1945). Constitué au sortir de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) sur les fondements des luttes anticoloniales et soutenu ou non par les puissances établies. De quelle manière ces États cherchent-ils à s’affirmer sur la scène politique internationale ? 

*          *          *

Une première phase de décolonisation (1945-1955) touche l’Asie. L’Inde et le Pakistan deviennent indépendants en 1947, à la suite de négociations avec les Britanniques, mais dans un climat d’affrontements interreligieux (hindous contre musulmans). L’Indochine sous autorité française ne s’émancipe qu’en 1954, après un long conflit armé. La décolonisation se poursuit en Afrique à partir du milieu des années 1950. La Tunisie, le Maroc et les colonies d’Afrique noire obtiennent leur indépendance après des négociations. En revanche, l’Algérie n’obtient l’indépendance qu’en 1962, après huit ans de guerre contre la France. Les difficultés des nouveaux États. En 1955, la conférence de Bandung marque l’affirmation de ces nouveaux États, qui déclarent leur non-alignement. Ils revendiquent une 3ème voie possible : c’est la naissance du tiers-monde.

Le « Tiers-Monde » est le nom qui désigne l’ensemble des pays qui émergent au sortir de la Seconde Guerre mondiale, soit comme puissances régionales comme en Amérique du Sud et au Proche et au Moyen Orient, soit par le biais des indépendances comme en Asie du Sud et de l’Est, et en Afrique. Après la Conférence tricontinentale de Bandoeng (Indonésie, 1955) tenue sous l’égide de SOEKARNO, il devient le Mouvement des Non-alignés, dominé par NEHRU (Inde), NASSER (Égypte), ZHOU (RPC) et TITO (Yougoslavie). Ces États soutiennent les luttes anticoloniales en Afrique, rejettent la logique bipolaire, tentent de mettre en œuvre des politiques de développement originales. NASSER incarne l’idéal d’unité politique du monde arabe (Création avec la Syrie de la République Arabe Unie), soutient la cause palestinienne (Guerre des Six Jours, 1967) et nationalise le Canal de Suez (1956) afin de doter son pays de recettes permettant l’électrification et l’industrialisation. NEHRU, puis sa fille Indira GANDHI, ferment le pays aux flux marchands et promeuvent une industrialisation à marche forcée. ZHOU appuie les mouvements anticoloniaux, notamment en Tanzanie, et au Mozambique. CASTRO nationalise les exploitations fruitières (1960), engageant un bras de fer de 65 ans avec les États-Unis (1961-2016).

L’ambition initiale d’une union politique autour de l’idéal de non alignement se heurte vite à la realpolitik de la Guerre froide, mais aussi aux égoïsmes nationaux et aux ambitions impériales des deux supergrands. Cuba isolé du monde par les États-Unis s’allie avec l’URSS, comme l’Égypte et la Syrie, suivis de l’Afrique australe. Le reste de l’Afrique subsaharienne choisit l’alliance avec l’Europe de l’Ouest. Les pays producteurs de pétrole restent dans l’alliance avec les États-Unis, comme le Maroc, tandis que l’Algérie choisit un modèle de développement socialiste. Les « Chocs pétroliers » (1973-1974 et 1979) ruinent les économies des pays du Sud non pétroliers, tandis que la chute du cours des matières premières ruine les économies africaines. La solidarité économique n’existe pas : l’enrichissement des pays producteurs de pétrole ne sert pas le développement du Tiers-Monde qui devient pauvre. Les guerres entre pays du Tiers-Monde sont nombreuses : Iran-Irak, Inde-Pakistan, Chine-Vietnam… Les deux supergrands soutiennent des dictatures civiles et militaires qui nient leurs valeurs mais favorisent leurs intérêts géopolitiques. Le Zaïre de Mobutu, pays le plus industrialisé d’Afrique à son indépendance, est un champ de ruine à la chute du dictateur. Les coups d’État (États-Unis au Chili, 1973) et les interventions armées (URSS en Afghanistan, 1979) sont fréquents.

*          *          *

Au sortir de la « Guerre froide » (1991), le Tiers-Monde semble n’être plus qu’une illusion. Il faut attendre l’émergence diplomatique de la Chine (2008) pour que l’idée d’une solidarité Sud-Sud renaissance. Ces nouveaux États veulent également peser sur les grandes orientations du monde dans tous les domaines. Mais ils sont tous fragiles. Ils peinent à développer leur économie et certains connaissent de graves difficultés politiques (guerre civile, coup d’État).

© Souleymane ALI YÉRO, Erwan BERTHO & Ronan KOSSOU (2020)

→ Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal au format Microsoft office Word :

Terminale_Histoire_15_Tiers-Monde

Articles complémentaires :

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Nouveaux programmes 2019 du Baccalauréat 2021”

Cliquez ICI pour accéder au programme d’Histoire de la classe de Terminale générale (Programmes 2019 pour le Baccalauréat 2021)

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Colonisation, système colonial et indépendances.”

Print Friendly, PDF & Email