Archives par mot-clé : littérature

ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints “La mort parmi les vivants.”

« La mort parmi les vivants. »

« […] L’escalier roulant était encore en panne. L’écriteau le disait en cours de maintenance. Des sans-abris étaient étendus sous des couvertures crasseuses. Un rat filait vers son trou. Une odeur de pourriture imprégnait l’atmosphère. Plus personne ne faisait attention à tout cela. La mort déambulait depuis longtemps parmi les vivants. Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints “La mort parmi les vivants.”

ANTHOLOGIE – 1985, Sony LABOU TANSI, Les sept solitudes de Lorsa Lopez., “La septième décapitalisation.”

« La septième décapitalisation. »

 1

Estina Benta

Le veille du jeudi de malheur où nous saurions que Lorsa Lopez allait tuer sa femme, la veille aussi du jour maudit où Valancia devait fêter son deuxième faux centenaire, à cinq heure du matin, juste au moment où à la mosquée de Baltayonsa le muezzin Armano Yozua venait de crier l’appel à la prière, où le père Bona de la Sacristie avait passé le bayou pour la boucherie d’Elmano Zola, nous entendîmes la terre crier du côté du lac Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1985, Sony LABOU TANSI, Les sept solitudes de Lorsa Lopez., “La septième décapitalisation.”

ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – Afrique ambiguë, “Une sorte de contrat d’existence, inconscient et indéchirable.”

« Une sorte de contrat d’existence, inconscient et indéchirable. »

« […]                                                             AUTOPORTRAIT

            Avant mes vingt ans, c’était la cassure. Celle de la défaite, de l’humiliation ou du lâche soulagement. Ce n’était pas le plus bel âge de ma vie, mais, en un certain sens, son signe Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – Afrique ambiguë, “Une sorte de contrat d’existence, inconscient et indéchirable.”

ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints. “Les Kémites et Babylone.”

« Les Kémites et Babylone. »

« […] Ainsi, dès son plus jeune âge, Amandla avait appris qu’être kémite n’était comparable à rien d’autre, qu’il fallait dire kémite, pas noir, parce que d’autres peuples avaient la peau noire, sans être des Kémites, qui étaient un peuple unique, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints. “Les Kémites et Babylone.”

ANTHOLOGIE – 2004, Sami TCHAK, “La fête des masques”, “Jeter sur la réalité environnante un regard hautain.”

« Jeter sur la réalité environnante un regard hautain. »

 « […] Tu m’écoutes, Antonio ?

Père et mère étaient issus de ce peuple que partout on enserre dans la handicapante tunique de victimes des mauvais gestionnaires des nations. Et longtemps, ils avaient poussé, végété dans la boue du peuple.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2004, Sami TCHAK, “La fête des masques”, “Jeter sur la réalité environnante un regard hautain.”