ANTHOLOGIE – 1975, Édouard GLISSANT, Malemort, “Ils entendaient le cri des chiens dans la ravine.”

« Ils entendaient le cri des chiens dans la ravine. »

« […] (1788) (1939)

(Premièrement donc, ce qui n’achève de tomber depuis l’antan du temps et qui s’enfonce en pans s’émince mais ne s’éteint ni ne commence, mêlant l’âcre luisant de la tige flêchée amarrée de rouge aux foisons de grainage,

ce pays ce tavage d’où le Négateur descendit tout un jour, le fond du soleil s’évidant peu à peu dans sa face, ses yeux cernés de glaise ou de roucou nouveau, et il brûlait de sa présence la zone d’acacias par où il avait échappé aux chiens ;
il explorait sous les acacias (qu’il avait connus dans la première des trois vies précédentes : dans la terre lointaine quittée, avant le chemin de Traite jusqu’à Gorée, bien avant le ventre en tombeau du bateau), à la limite où le regard pose la terre au ras du cœur, la ligne d’éclaircies cendrées par où les Plantations gagnaient sur la hauteur :
le mur enliané d’en haut s’éclaircissait peu à peu en plaies charbonneuses : là les fougères crispaient l’écume de leurs entrailles, —
jusqu’à la terre tannée rouge en bas, où un mulet tournait à vide, effrayé de sa solitude,
et on entendait encore, dans la fumée de chaleur montée de ce fond, l’aboi énorme que les chiens avaient amarré à la nuit (la nuit d’avant) quand ils avaient dû reconnaître que Celui-ci les avait vaincus ;
jusqu’à la place terrassée derrière la Grande Maison, c’était donc comme l’œil fixe du monde, où il devait plus tard couper la corde qui amarrerait sa compagne à son théâtral supplice (il ne saurait pas que ce serait ainsi comme trancher le cordage d’un bateau, la drisse nouée à la Terre ancienne au-delà des eaux).

Et, avant que le temps ait coulé son pus dans cet œil fixe (comme si le monde avait plaqué sa paupière sur notre plat de chaleur et l’avait laissé brûler là, sans un cillement : ou comme si combien d’ans n’avaient poussé leurs filaos dans la profondeur de la mer, alguant leurs racines dans les noyés en rangs et leurs chaînes bleutées),

deuxièmement par conséquent, ce qui n’achève de tomber depuis l’antan : bambou géant le lis sauvage et l’orchidée le néflier l’acomat mort l’éreinté balisier en touffes – buée

(les noms surgis, non pas grossis dans la mémoire de ces cent cinquante années tombées en gouffre, mais comme engendrées par la pente, ou peut-être sécrétées au trou de l’œil muet du monde, ou jaillis du puits sans fond où les boulets changèrent en perles dans l’entrailles des noyés),

le pays le saccage où ils descendaient maintenant, Dlan Médellus Silacier , mais ce jour-là pour une fois les yeux ouverts sur la tristesse violette du bois, nommant les arbres pour leur plaisir,

Ils entendaient le cri des chiens dans la ravine […] »

GLISSANT (Édouard), Malemort. , 1975, Paris, aux éditions du Seuil, 233 pages, Deuxième partie « Datations », chapitre « (1788) (1939) », pages 64 et suivantes.
ISBN

Print Friendly, PDF & Email