Archives de catégorie : Anthologies

Cette catégorie propose deux types d’extraits: des extraits d’œuvres littéraires et des extraits d’essais. D’abord une série d’extraits d’œuvres littéraires majeures (Il s’agit ici essentiellement de romans et de poésies) traitant de problématiques communes à l’Europe et à l’Afrique. La plupart des auteurs retenus sont Africains (D’Afrique ou des diasporas) et l’accent a été mis sur les auteurs récents (Après 1991). On trouvera également dans cette catégorie – avant qu’elle ne soit étoffée et scindée – des extraits d’essais politiques, sans forcément de rapport avec les œuvres littéraires africaines présentées.

ANTHOLOGIE – 2008 – Maïssa BEY – Pierre, Sang Papier ou Cendre “Le bon élève”

« Le bon élève. »

 « […] Madame Lafrance […] dit aussi qu’elle est venue pour les « civiliser ». Elle aime beaucoup ce mot. Elle le répète souvent.

            C’est donc pour les civiliser qu’on leur a enlevé leurs terres, afin d’y installer des Français venus de France ? Sans doute pour qu’ils aient sous les yeux un exemple vivant de la Civilisation.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008 – Maïssa BEY – Pierre, Sang Papier ou Cendre “Le bon élève”

ANTHOLOGIE – 2011, Kossi EFOUI, L’ombre des choses à venir., “La guerre.”

« La guerre. »

« […] Mon mentor officiel tenait à faire la fête avec moi avant mon départ pour « l’épreuve de la frontière ». Il y avait dans sa voix ce soir-là, un contentement qui n’était pas lié à l’excellence de la cuisson du riz, mais au fait que lui, mon mentor, riche d’un recel de pouvoirs patiemment acquis dans les hautes instances de la faculté et de la notabilité de la ville, avait réussi Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2011, Kossi EFOUI, L’ombre des choses à venir., “La guerre.”

ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – “Afrique ambiguë”, “Leur affligeante présence.”

« Leur affligeante présence. »

 « […]  C’est à Kono, en cette partie de la Guinée forestière […] , que je pus saisir dans leur contexte actuel les œuvres de l’art nègre. Je me trouvais depuis quelques jours au campement du Mont Nimba, lorsqu’un jeune homme d’un village voisin vint me trouver à la nuit tombante. Il exigea de me voir en privé […]. Nous nous retirâmes dans un des pièces de la grande case et mon interlocuteur eut soin de vérifier, menant un remarquable jeu de pantomime, que notre entretien avait lieu sans témoin. Il prit un ton solennel pour me dire :

«  Tais-toi, c’est dangereux, et regarde ! » Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – “Afrique ambiguë”, “Leur affligeante présence.”

MANUEL DE LITTÉRATURE – Thème de travail “L’Enfance” – Ferdinand OYONO, “Une vie de boy.” (1956)

ANTHOLOGIE

MANUEL DE LITTÉRATURE

L’ENFANCE

Ferdinand OYONO, Une vie de boy, 1956, Paris, France

« Je vais courir ma chance, bien qu’elle soit très mince. »

 FICHE TECHNIQUE

OYONO (Ferdinand), Une vie de boy, 1956, René Julliard éditeur, 1970 ré édition, presse Pocket n° 791, 185 pages, ISBN 2-266-00469-7.

 L’AUTEUR

Ferdinand Léopold Oyono, né le 14 septembre 1929à Ngoulemakong, près de Ebowola  (Cameroun), mort le10 juin 2010 à Yaoundé, est un diplomate et homme politique camerounais ainsi que l’auteur de trois romans publiés à la fin des années cinquante.

Né en 1929 à Ngoulemakong, dans l’actuel département de la Mvila (Région du Sud), Ferdinand Léopold Oyono poursuit au lycée de Provins, en France, des études commencées au lycée de Yaoundé. Il réussit ensuite des études supérieures de droit à la Sorbonne avant d’entrer à l’École nationale d’administration  (ENA) de Paris en section diplomatique. Il décède le 10 juin 2010 à Yaoundé au Cameroun.

Il débuta en 1959 une carrière de haut fonctionnaire avant de devenir ambassadeur du Cameroun dans divers postes (auprès des Nations unies à New York, en Algérie, en Libye, en Grande-Bretagne et en Scandinavie). À partir de 1987 il participe à de nombreux gouvernements de son pays et assure la charge de différents ministères comme les Affaires étrangères ou la Culture.

LE LIVRE

Une vie de boy est centré sur l’histoire de Toundi, un jeune Africain élevé par un Père blanc. Comme son maître, il prend l’hab itude de tenir un journal dans lequel il note tout ce qui se passe dans le milieu des colons dans lequel il devient « boy » après la mort du Père Blanc. Toundi est confié au père Vandermeyer un homme colérique et violent, chez lui il est victime de brimades. Vandermeyer se débarrasse de Toundi en le confie au commandant de la colonie. Il découvre le monde des Européens, qui trompent comme ils peuvent leurs ennuis et il rapporte les jugements, conversations et actes des uns et des autres.

Une vie de boy raconte avant tout les souvenirs d’un jeune garçon qui voit s’envoler ses illusions sur les Blancs.

OYONO (Ferdinand), Une vie de boy, 1956, René Julliard éditeur, 1970 ré édition, presse pocket n° 791, 185 pages, ISBN 2-266-00469-7.

 « […] Je m’appelle Toundi Ondoua . Je suis le fils De Toundi et de Zama. Depuis que le Père m’a baptisé il m a donné le nom de Joseph. Je suis Maka par ma mère et Ndjem par mon père. Ma race fut celle des mangeurs d’hommes. Continuer la lecture de MANUEL DE LITTÉRATURE – Thème de travail “L’Enfance” – Ferdinand OYONO, “Une vie de boy.” (1956)