Archives de catégorie : Anthologies

Cette catégorie propose deux types d’extraits: des extraits d’œuvres littéraires et des extraits d’essais. D’abord une série d’extraits d’œuvres littéraires majeures (Il s’agit ici essentiellement de romans et de poésies) traitant de problématiques communes à l’Europe et à l’Afrique. La plupart des auteurs retenus sont Africains (D’Afrique ou des diasporas) et l’accent a été mis sur les auteurs récents (Après 1991). On trouvera également dans cette catégorie – avant qu’elle ne soit étoffée et scindée – des extraits d’essais politiques, sans forcément de rapport avec les œuvres littéraires africaines présentées.

ANTHOLOGIE – 1781, Jean de CONDORCET, Réflexions sur l’esclavage des nègres. « Excuser l’esclavage des Nègres. »

« Excuser l’esclavage des Nègres. »

 « […] II. Raisons dont on se sert pour excuser l’esclavage des Nègres.

 On dit, pour excuser l’esclavage des Nègres achetés en Afrique, que ces malheureux sont, ou des criminels condamnés au dernier supplice, ou des prisonniers de guerre qui seraient mis à mort, s’ils n’étaient pas achetés par les Européens.

D’après ce raisonnement, quelques écrivains nous présentent la traite des Nègres comme étant presque un acte d’humanité. Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1781, Jean de CONDORCET, Réflexions sur l’esclavage des nègres. « Excuser l’esclavage des Nègres. »

ANTHOLOGIE – 1961, Cheikh Hamidou KANE, L’aventure ambigüe. « Ce que je propose, c’est que nous acceptions de mourir en nos enfants. »

« Ce que je propose, c’est que nous acceptions de mourir en nos enfants. »

 « […] La place était déjà pleine de monde. Samba Diallo, en y arrivant, eut la surprise de voir que les femmes étaient en aussi grand nombre que les hommes. C’était bien la première fois qu’il voyait pareille chose.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1961, Cheikh Hamidou KANE, L’aventure ambigüe. « Ce que je propose, c’est que nous acceptions de mourir en nos enfants. »

ANTHOLOGIE – 1993, Edouard GLISSANT, Tout-Monde. « Le Tout-Monde, c’est ce désordre, et vous devez courir dedans. »

« Le Tout-Monde, c’est ce désordre, et vous devez courir dedans. »

 « […] Alors je dis que le Tout-Monde, c’est ce désordre, et vous devez courir dedans. ˮ

Qui donc, ah ! mais qui donc avait mis ce rêve d’avant tous les rêves dans sa troisième mort ?

“ Vous constatez bien que vous ne rêvez pas, dit l’Homme, vous regardez là tout au bout de vous-même. » Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1993, Edouard GLISSANT, Tout-Monde. « Le Tout-Monde, c’est ce désordre, et vous devez courir dedans. »

ANTHOLOGIE – 1993 – Jean RASPAIL, Sept cavaliers quitèrent la ville au crépuscule par la porte de l’Ouest qui n’était plus gardée, « Au-delà s’ouvrait un monde peu connu… »

« Au-delà s’ouvrait un monde peu connu fait de déserts et d’oasis lointaines… »

« […] Là s’était arrêtée autrefois la conquête. Au-delà s’ouvrait un monde peu connu fait de déserts et d’oasis lointaines, de lacs miroitants bordés de palmeraies, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1993 – Jean RASPAIL, Sept cavaliers quitèrent la ville au crépuscule par la porte de l’Ouest qui n’était plus gardée, « Au-delà s’ouvrait un monde peu connu… »