George SAND, femme de Lettres et femme d’engagement (1/2) : biographie, œuvre et engagement.

George SAND, femme de Lettres et femme d’engagement.

« Une corde est brisée dans la lyre du siècle. », Ernest RENAN (1876)

George SAND en 1835, peinte par Jean-Baptiste ISABEY, illustration de George Sand, sa vie, ses œuvres, volume III (1838-1848), aux éditions Paul OLLENDORFF & Plon, Paris, 1912 par Wladimir KARÉNINE (Pseudonyme de Varvara Dmitrievna KOMAROVA-STASOVA).

George SAND en 1864, photographiée par Nadar, Galerie contemporaine, Paris, France. SOURCE : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53014105h

BIOGRAPHIE

George SAND, pseudonyme d’Aurore DUPIN de FRANCUEIL, (1804-1876) est une femme de lettres française et une personnalité engagée dans le mouvement féministe moderne. Issue de la haute noblesse par sa famille paternelle, elle est aussi d’extraction bourgeoise et modeste par sa mère. Romancière, elle marque son époque par ses œuvres et par un style de vie très libre qui la voit côtoyer les plus grands esprits de son temps dans le domaine littéraire (MUSSET, VIGNY, FLAUBERT), artistique (DELACROIX) musical (LISZT, CHOPIN) ou politique (BLANC, LAMENAIS). Amoureuse, elle entretient de nombreuses liaisons qui scandalisent son époque. Elle croit dans une société sans classe sociale. L’échec de la IIe République et l’avènement du Second Empire, mais aussi les soucis financiers l’amènent vers une sorte de replis dans son château de Nohant au cœur du Berry dont elle fait le cadre de fantaisies champêtres qui n’ont plus rien de la force transgressive de ses premiers écrits.

L’ŒUVRE

Écrivant pour vivre et faire vivre la nombreuse compagnie qu’elle accueille à Nohant (Ses enfants, ses petits-enfants mais aussi ses amants et les nombreux visiteurs qui viennent la visiter pour des séjours très longs), son œuvre est multiforme ; articles, pièces de théâtre, essais, récit de voyages… Mais son œuvre maîtresse est romanesque et est constituée de deux périodes distinctes : dans les années 1830 et 1840 elle écrits des romans qui exaltent la liberté des femmes dans une société où les femmes sont d’éternelles mineures (Indiana, en 1832, Lélia en 1839) puis des romans sociaux (Mauprat, en 1837, Le meunier d’Angibault en 1845). À partir des années 1840 et 1850 elle écrit essentiellement des romans champêtres (La Mare aux diables en 1846, La petite Fadette en 1849, Les Maîtres sonneurs en 1853).

L’ENGAGEMENT

Élevée par sa grand-mère dans les valeurs des philosophes des Lumières dont ROUSSEAU, George SAND rejoint rapidement le camp républicain, dans le Berry d’abord où elle fait campagne pour des candidats républicains aux diverses élections, et fonde L’éclaireur de l’Indre, un journal républicain. Puis à Paris où elle participe au financement de La Cause du Peuple, et soutient les thèses socialistes avec les députés les plus à gauche dont BLANQUI, BARBÈS et RASPAIL. Entre mai et juin 1848 la IIe République commence la répression contre les socialistes, George SAND fuit à Nohant. Après le coup d’État militaire de Louis-Napoléon BONAPARTE (1851) elle milite pour la libération des prisonniers politiques dont THIERS et l’amnistie des exilés dont HUGO. Ce qu’elle n’obtient pas.

© Erwan BERTHO (2019)

→ Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal au format Microsoft Office Word :

HISTOIRE 1ère Thème II Chapitre 1 Fiches activités

Articles complémentaires :

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Nouveaux programmes 2019.”

Print Friendly, PDF & Email