2de – HISTOIRE (7), L’expansion européenne en Asie (XVe – XVIe siècles) : ambitions et limites.

2de – HISTOIRE (7), L’expansion européenne en Asie (XVe – XVIe siècles) : ambitions et limites.

Si l’aventure atlantique retient l’attention (Christophe COLOMB dans les Caraïbes, 1492), c’est bien l’Orient extrême, la Chine et le Japon, l’Inde aussi, qui étaient les cibles des explorateurs européens. Riche d’épices, de soie, de porcelaine, l’Asie reste le cœur économique du monde moderne. Les Européens firent-ils main basse sur cet eldorado originel ?

*         *         *

                La présence européenne en Asie est ancienne. Mais au XVIe siècle la présence européenne prend les atours d’une expansion militaire et de projets de conquête coloniale. Vasco DE GAMA aborde les Indes (1498) avec le double projet de rapporter des épices (1 gramme de clou de girofle vaut 1 gramme d’or !) que les souverains ibériques convoitent, mais aussi d’asseoir la domination portugaise dans l’Océan indien. La guerre mondiale des puissances ibériques et des Musulmans commence : DE GAMA fait brûler le Mîrî, un navire qui ramène ses pèlerins de La Mecque via Djeddah : 600 civils brûlent vifs (1505). Les Portugais s’implantent à Goa, à Cochin en Inde mais aussi à Ormuz, Malacca (1511, Singapour) et enfin Macao (1554, Chine) et Nagasaki (1571, Japon). Les Portugais ont construits des forts sur la côte africaine de l’Océan indien (Kilwa par exemple) et les Espagnols, profitant d’une ambiguïté du traité de Tordesillas (1494), des Philippines après avoir financé la circumnavigation de MAGELLAN (1521). Les Hollandais arrivent à Java (1596) dont ils font la conquête. La VOIC hollandaise ou, la East Indian Company (1600), les grandes compagnies par actions des Occidentaux naissent pour financer les expéditions de commerce avec l’Orient lointain.

*

                En dépit d’une présence européenne fournie, l’Asie résista à l’expansion européenne. La résistance est d’abord militaire (Inde, Sumatra) mais aussi commerciale. Quand les Portugais prennent langue avec les marchands chrétiens du Kerala (Inde) pour obtenir du poivre à bon prix, les marchands musulmans doublent les Portugais en jouant des rivalités entre chrétiens indiens pour s’emparer du poivre de première qualité et rafler la mise à la barbe des Portugais. La diaspora indienne dans l’Océan indien, la diaspora chinoise en Indonésie marginalisent les colons européens, les cantonnant aux marchandises de seconde main, et le poivre ramené en Europe par les Espagnols et les Portugais est de si mauvaise qualité que le monopole de Venise n’en n’est pas affecté. Du reste, les Européens sont très divisés : les heurts entre colons et fonctionnaires envoyés par les métropoles sont nombreux. La fraude est massive : dans le Golfe du Bengale et en Mer d’Oman, les fonctionnaires portugais commercent pour leur propre compte en utilisant les navires du roi… Les voyages sont longs et dangereux : en 1509, sur 15 navires partis du Portugal, seuls 9 arrivent en Inde pour le 2ème voyage de Vasco DE GAMA.

*

                Le cas de la Chine et du Japon sont des exemples extrêmes de résistance à la présence européenne : ces deux États se fermèrent complètement à la présence européenne. L’aventure de Tomé PIRÈS (1517), ambassadeur de Portugal, qui avait le projet de conquérir la Chine est révélatrice : arrivé avec son escadre de manière tonitruante à Guangdong, il est relégué dans la mosquée de la ville avec son escorte par des autorités qui se demandent s’ils ont affaire à des Japonais ou des Khmers ! Ils sont finalement emprisonnés, puis, une dizaine d’années plus tard, exécutés lors d’un changement de règne. Le poids économique de la Chine est tel que la balance commerciale européenne est déficitaire : porcelaines, laques et soies chinoises drainent 66% de l’argent extrait du Pérou par les Espagnols. Au Japon, les Shoguns parquent les Européens sur la presqu’île de Nagasaki. Ils savent jouer des rivalités entre Européens : les Hollandais (Protestants) combattent les Japonais chrétiens (Catholiques) aux côtés des armées shogunales (1637). Le christianisme est éradiqué par les shoguns TOKUGAWA, le Japon se ferme progressivement (1641-1720) et entame une voie originale de développement intellectuel et scientifique.

*         *         *

                L’Asie, structurée par des États puissants et des réseaux d’échanges très denses, résista inégalement à l’expansion européenne du XVIe siècle : les rivalités entre Européens expliquent également leur difficulté à faire main basse sur cet ensemble. Certains États comme le Japon ou la Chine se fermèrent même partiellement à la présence européenne.

© Souleymane ALI YÉRO, Erwan BERTHO & Ronan KOSSOU (2019)

→ Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal au format Microsoft Office Word :

Seconde_Histoire_7_Expansion_europeenne_Asie

Articles complémentaires :

Les autres cours liés au sujet :

← Pour accéder au cours précédent “Tensions et échanges en Méditerranée au XIIe siècle.”, cliquez ICI.

→ Pour accéder au cours suivant “L’expansion européenne : modalités et enjeux.” cliquez ICI.

→ Pour accéder au document d’approche du thème “XVe siècle – XVIIe siècle : un nouveau rapport au monde, un temps de mutations intellectuelles” ; “l’ambassade portugaise en Chine, 1517”, cliquez ICI.

→ Pour accéder aux documents sur Venise, une puissance maritime et commerciale au XIIe siècle :

Les index des thèmes et des catégories liées :

→ Cliquez pour accéder au thème II du programme d’Histoire de seconde générale (2019), “XVe siècle – XVIIe siècle : un nouveau rapport au monde, un temps de mutations intellectuelles”

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Renaissance européenne (XVe siècle – XVIIe siècle)”

Les programmes du lycée général et de Seconde :

→ Cliquez ICI pour accéder au programme d’Histoire de la classe de seconde générale 2019.

→ Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Programmes lycée 2019”

Print Friendly, PDF & Email