BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE – EXTRAITS D’ŒUVRES – Saskia SASSEN, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, Harvard, 2014 – « Une énigme de la société. »

BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE – EXTRAITS D’ŒUVRES

MONDIALISATION EN FONCTIONNEMENT

Saskia SASSEN, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, Harvard, 2014

« Une énigme de la société. »

EXTRAIT

« […] D’après ce que j’ai pu observer, la complexité ne conduit pas nécessairement à la brutalité, mais elle peut le faire et c’est souvent le cas aujourd’hui. Il s’agit alors d’une brutalité simple, assurément pas d’une brutalité grandiose à proportion, certes négative, de cette complexité, telle qu’elle se manifeste aujourd’hui dans l’ampleur de notre destruction de l’environnement.

Comment la complexité génère-t-elle la brutalité ? Je dirais que la réponse tient, en partie, à la logique qui prévaut dans les principaux systèmes d’organisation en des domaines aussi divers que la protection de l’environnement et la finance globale. Je veux illustrer brièvement mon argument avec deux exemples, qui seront développés en détail dans la suite du livre. La principale « innovation » en matière de politique de protection de l’environnement dans les accords entre États, ce sont les échanges de droit d’émission de carbone – ce qui signifie, pour parler de manière pratique et brutale, que les États vont avoir tendance à se battre pour accroître leur droit de polluer, de manière à pouvoir soit acheter soit vendre un quota supérieur d’émissions de carbone. Dans le cas de la finance globale, sa logique d’organisation a évolué dans une double direction : une poussée implacable pour obtenir des hyperprofits et un besoin de créer des instruments qui étendent la gamme de ce qui peut être soumis au règne de la finance. Ce qui a conduit à une volonté de soumettre au règne de la finance les moyens d’existence mêmes de ceux qui perdent tout si l’instrument financier se retourne contre eux. C’est ce qui s’est produit avec le type de prêt hypothécaire à haut risque lancé  en 2001 aux États-Unis. Ce qui reste peut-être encore incompris, c’est le fait que ce projet financier visait à générer des profits pour la haute finance. Il n’avait pas pour but d’aider les gens dont les revenus étaient modestes à acheter une maison. C’était par conséquent le contraire des projets étatiques lancés des décennies auparavant, comme le GI Bill et les prêts accordés par la Federal Housing Administration. Les dispositifs qui favorisent le développement de ces systèmes et de ces innovations n’ont pas nécessairement ni intrinsèquement des conséquences brutales. Mais dès lors qu’ils fonctionnent au sein de certains types de logiques organisationnelles, ces conséquences deviennent inéluctables. La capacité de la finance de créer du capital n’est pas destructrice en soi, cependant c’est un type de capital qui doit être mis à l’épreuve : peut-il se matérialiser sous la forme d’une infrastructure de transport, d’un pont, d’un système de purification de l’eau, d’une usine ?

C’est là une énigme de la société. Ces dispositifs auraient dû servir l’espace social, à élargir et à rendre le bien-être des sociétés, ce qui implique de travailler avec la biosphère. Ils ont au contraire servi trop souvent à déchirer le tissu social au moyen d’une inégalité extrême, à détruire la vie de la classe moyenne promise par la démocratie libérale, à chasser les populations vulnérables et pauvres de leurs terres, de leurs emplois et de leurs foyers, et à expulser des éléments de la biosphère de leur espace vital.

Une question parcourt ce livre, celle de savoir si l’ensemble des cas que je discute ici, qui produisent leurs effets indépendamment des divisions familières du rural et de l’urbain, du Nord global et du Sud global, de l’Occident et de l’Orient, et d’autres encore, sont la manifestation apparente, la forme locale de dynamiques systémiques plus profondes qui articulent ce qui paraît aujourd’hui comme étant déconnecté. Ces dynamiques systémiques pourraient opérer à un niveau souterrain et se connecter bien mieux que nous ne pouvons l’imaginer quand nous imposons au monde nos catégories familières et discriminantes – économie capitaliste, Chine communiste, Afrique subsaharienne, environnement, monde de la finance, etc. Nous utilisons ces étiquettes pour donner des formes et des significations familières à des situations qui pourraient en fait avoir leur origine dans des tendances plus profondes et inconnues. Cette éventualité est un fil conducteur essentiel dans chacun des chapitres de ce livre. […] »

SASSEN (Saskia), Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, 2014, Harvard, 2016 en traduction de l’Anglais (États-Unis) par Pierre GUGLIELMINA pour les éditions Gallimard, collection « Nrf-essais », 371 pages, ISBN 978-2-07-014570-6. Introduction, pages 15, 16 et 17.

Cliquez ICI pour accéder à l’index par auteurs de la Bibliothèque virtuelle.

Cliquez ICI pour accéder à l’index par genres de la Bibliothèque virtuelle.

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “mondialisation: fonctionnement et territoires.”

Print Friendly, PDF & Email