HISTORIOGRAPHIE – Romain BERTRAND, “L’Histoire à parts égales”, (2/3) “Contempler les discordances”

HISTORIOGRAPHIE

ÉPISTÉMOLOGIE DE L’HISTOIRE

Romain BERTRAND, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe XVIIe siècle). , Paris, 2011

« Contempler les discordances. »

« […] C’est […] donc en manière de répartie à l’encontre des nouveaux européocentrismes et tout acabit, qu’à pris forme le projet – ou plutôt le pari – d’écrire une histoire « symétrique » de la rencontre […] Il s’agit ainsi, pour respecter l’indécision des commencements, de ne plus hiérarchiser les sources à l’aune de l’état colonial terminal des relations entre les mondes dont elles sont issues, et à cette fin d’utiliser, dans la trame même du récit, si possible autant, mais surtout de même manière les documentations européennes […] et insulindiennes.

Cette exigence méthodologique énoncée, la question reste posée de savoir en quoi consiste une histoire véritablement « décentrée », ou plus exactement « polycentrique », des premières modernités […] S’agit-il simplement de replacer Java sur la carte des connexions qui, au tournant du XVIIe siècle, assurent la circulation de plus en plus dense et rapide des hommes, des marchandises et des informations d’une extrémité à l’autre de l’Eurasie ? Si l’univers métis des premières interactions entre les Européens et les sociétés malaises et javanaises doit assurément constituer le point de départ de l’enquête, il ne donne pas pour autant le fin mot de l’intrigue. Car le monde du contact n’est qu’une toute petite province du réel de la rencontre : il n’épuise en aucune façon les horizons de possibilités des deux mondes qu’il met, brièvement et par fragments, à proche distance l’un de l’autre.

Les « lieux du contact » – le pont du navire, le port, le marché, la salle d’audience du palais – sont bien entendus passibles d’une ethnographie « à focale réduite », qui ne les décrit que pour autant que les acteurs les ont arpentés. Mais l’attitude de ces acteurs – leurs gestes, leurs postures, leur type même de réaction en situation de dialogue ou de marchandage – ne s’explicite qu’à condition de prendre en compte les grammaires sociales de l’action qui leur ont été inculquées et auxquelles tout, en eux, se réfère – fut-ce sur le mode négatif du déni ou de la transgression. Face aux Javanais, les Hollandais n’ont pas agi n’importe comment. Légataires de façons de faire qu’ils avaient apprises à l’école du quotidien, au hasard des venelles de leur enfance, ils rejouaient à Java, au gré des circonstances et dans la limite de leurs compétences, une partition qu’ils n’avaient pas écrite. […]

[…] Même dissimulée sous le masque de la folie, la faute accrédite une règle : l’impair renvoie à une bienséance, l’erreur à une justesse. Voilà pourquoi, ou plutôt comment, la raison sociale des interactions déborde en permanence l’espace physique et documentaire étriqué où elles s’inscrivent. […]

Précisions ce point : garantir une égalité de traitement interprétatif à des univers de sens connexes n’est pas s’acharner à les réduire les uns aux autres au prix de l’abrasion de leurs spécificités respectives. C’est tout u contraire prendre le temps de les contempler dans leurs discordances, et cartographier leurs lignes de fuite en s’abstenant de les réunir sous un horizon qui n’a jamais existé. […] »

BERTRAND (2011), pages 11 à 22.

 © Erwan BERTHO (2015) pour la sélection des extraits.

Print Friendly, PDF & Email