Archives par mot-clé : souvenirs

ANTHOLOGIE – 1961, Cheikh Hamidou KANE, L’aventure ambigüe. “Ce que je propose, c’est que nous acceptions de mourir en nos enfants.”

« Ce que je propose, c’est que nous acceptions de mourir en nos enfants. »

 « […] La place était déjà pleine de monde. Samba Diallo, en y arrivant, eut la surprise de voir que les femmes étaient en aussi grand nombre que les hommes. C’était bien la première fois qu’il voyait pareille chose.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1961, Cheikh Hamidou KANE, L’aventure ambigüe. “Ce que je propose, c’est que nous acceptions de mourir en nos enfants.”

ANTHOLOGIE – 2008 – Maïssa BEY – Pierre, Sang Papier ou Cendre “Le bon élève”

« Le bon élève. »

 « […] Madame Lafrance […] dit aussi qu’elle est venue pour les « civiliser ». Elle aime beaucoup ce mot. Elle le répète souvent.

            C’est donc pour les civiliser qu’on leur a enlevé leurs terres, afin d’y installer des Français venus de France ? Sans doute pour qu’ils aient sous les yeux un exemple vivant de la Civilisation.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008 – Maïssa BEY – Pierre, Sang Papier ou Cendre “Le bon élève”

ANTHOLOGIE – 2006 – Léonora MIANO – Contours du jour qui vient, “C’est le coeur ardent que j’étreins puissamment les contours du jour qui vient.”

« C’est le cœur ardent que j’étreins puissamment les contours du jour qui vient. »

 « […] Cette fois il me semble que tu me voies. Tu me demandes d’une voix douce, baissant à terre la pelle que tu tenais encore levée : Pourquoi t’être absentée si longtemps ma fille ? Ne sais-tu pas que je t’ai cherchée partout le cœur serré d’angoisse ? Jamais je n’ai entendu ces inflexions dans ta voix.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2006 – Léonora MIANO – Contours du jour qui vient, “C’est le coeur ardent que j’étreins puissamment les contours du jour qui vient.”

COMPOSITION Histoire – L’historien et les mémoires de la Guerre d’Algérie

COMPOSITION

Le rapport des sociétés à leur passé : l’historien et les mémoires de la Guerre d’Algérie. 

Vous montrerez comment les historiens ont permis le renouvellement des mémoires de la Guerre d’Algérie, en France et en Algérie.

                Le projet d’élaboration d’un manuel d’Histoire commun aux deux rives de la Méditerranée (sous la direction de Mostafa HASSANI-IDRISSI, Manuel commun d’Histoire méditerranéenne, 2014) montre qu’après la surenchère mémorielle des années 1990 et 2000, les gouvernements français et algériens, par le biais de leurs historiens, tentent de faire prévaloir l’histoire sur la compétition mémorielle communautaire, dans l’édification d’une mémoire de la Guerre d’Algérie (1954-1962).  Continuer la lecture de COMPOSITION Histoire – L’historien et les mémoires de la Guerre d’Algérie

ANTHOLOGIE – 2008 – Angélique UMUGWANEZA, “Les enfants du Rwanda”, “C’était la première fois que je voyais tuer un homme.”

« C’était la première fois que je voyais tuer un homme. »

 « […] Le Rwanda est avant tout un pays d’agriculteurs, où les pioches, les haches et les machettes sont nécessaires, c’est pourquoi on en trouve dans toutes les maisons. La machette est un outil de moissonneur – quelque chose entre un couteau, une épée et une hache. Un outil qui, lors des massacres, devint une arme.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008 – Angélique UMUGWANEZA, “Les enfants du Rwanda”, “C’était la première fois que je voyais tuer un homme.”