Archives par mot-clé : roman

ANTHOLOGIE – 2008 – In Koli Jean BOFANE, Mathématiques congolaises, “Se méfiant l’un de l’autre sans aucune raison tangible.”

« Se méfiant l’un de l’autre sans aucune raison tangible. »

 « […] Tshilombo savourait la musique en sirotant sa bière, installé dans le canapé. Il se retourna. Un nuage de parfum de prix précéda l’entrée de Mme Odia Tshilombo qui venait d’arriver, suivie de Kapinga, sa jeune cousine.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008 – In Koli Jean BOFANE, Mathématiques congolaises, “Se méfiant l’un de l’autre sans aucune raison tangible.”

ANTHOLOGIE – 1979 – Tierno MONÉNEMBO, “Les crapauds-brousse”, “Le fou”

« Le fou. »

 « […] Il y a le fou, épave humaine que la tempête de la vie avait fait un beau jour échouer dans le quartier, presque devant la porte de Diouldé. Personne n’était capable de dire quand et comment cet homme était venu.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1979 – Tierno MONÉNEMBO, “Les crapauds-brousse”, “Le fou”

ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints “La mort parmi les vivants.”

« La mort parmi les vivants. »

« […] L’escalier roulant était encore en panne. L’écriteau le disait en cours de maintenance. Des sans-abris étaient étendus sous des couvertures crasseuses. Un rat filait vers son trou. Une odeur de pourriture imprégnait l’atmosphère. Plus personne ne faisait attention à tout cela. La mort déambulait depuis longtemps parmi les vivants. Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008, Leonora MIANO Tels des astres éteints “La mort parmi les vivants.”

MANUEL DE LITTÉRATURE – Le départ : voyage(s), exil, migration(s), Camara LAYE, “L’Enfant noir”

ANTHOLOGIE & MANUEL DE LITTÉRATURE

“Le départ: voyage(s), exil, migration(s)”

 

http://www.africavivre.com/images/stories/flexicontent/l_l-enfant-noir-de-laurent-chevallier.jpg
Image du film de Laurent CHEVALLIER L’Enfant Noir.

Extrait de L’Enfant noir 1953, chapitre 9 Continuer la lecture de MANUEL DE LITTÉRATURE – Le départ : voyage(s), exil, migration(s), Camara LAYE, “L’Enfant noir”

ANTHOLOGIE – 2009 – Tahar BEN JELLOUN “Au pays.”

« Un ouvrier modèle. »

« […] A l’usine, il avait ses habitudes. Il arrivait tous les jours à l’heure. Jamais de retard ni d’absence. Même malade, sauf vaincu par la grippe, il tenait à être là, à travailler. Il apportait son repas, mangeait vite, s’asseyait sur un banc et fermait les yeux. Ses camarades se moquaient de lui. Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2009 – Tahar BEN JELLOUN “Au pays.”