Archives par mot-clé : racisme

HDA 2014-2015 – Bjarne MELGAARD, Chair. , 2013, New York, Etats-Unis d’Amérique

1215-chaise

Bjarne MELGAARD, « Chaise. », 2013, États-Unis d’Amérique

FICHE TECHNIQUE

MELGAARD (Bjarne), Chair. , 2013, New York, État de New York, États-Unis d’Amérique, © Bjarne MELGAARD pour la sculpture, © Miroslava DOUMA & buro 24/7.ru pour la photographie représentant Dasha ZUKHOVA dans le centre d’Art contemporain le Garage. , Gorki Park, Moscou, République Fédérative de Russie, 2014, tous droits réservés, utilisation non commerciale tolérée pour les établissements publics d’enseignement en France et dans les États de l’Union Européenne (UE).

ANTHOLOGIE – 2012, Kerry JAMES, Lettre à la République, “Votre histoire est agressive.”

« Votre histoire est agressive. »

 « […] Lettre à la République, à tous ces racistes à la tolérance hypocrite

Qui ont bâti leur nation sur le sang

Maintenant s’érigent en donneurs de leçons

Pilleurs de richesses, tueurs d’africains, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2012, Kerry JAMES, Lettre à la République, “Votre histoire est agressive.”

MANUEL DE LITTÉRATURE – Afrique(s), Africains: mythes, légendes et représentations, GIDE, Voyage au Congo.

ANTHOLOGIE & MANUEL DE LITTÉRATURE

Afrique(s), Africains: mythes, légendes et représentations, GIDE, Voyage au Congo.

Naissance d’André Gide à Paris le 22 novembre 1969. Son père, Paul Gide, protestant d’origine cévenole, est professeur de droit romain à la faculté. Sa mère, Juliette Rondeaux, protestante d’origine normande, appartient à la riche bourgeoisie d’affaires. Il est mort le 19 février 1951

Extrait 1 : Représentation

Voyage au Congo,

(1927) Continuer la lecture de MANUEL DE LITTÉRATURE – Afrique(s), Africains: mythes, légendes et représentations, GIDE, Voyage au Congo.

FICHES DE LECTURE – Tristan EGOLF, “Le Seigneur des procheries. le temps est venu de tuer le veau gras et d’armer les justes.” (1988)

BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE – FICHES DE LECTURE

Tristan EGOLF, Le Seigneur des Porcheries. Le temps est venu de tuer le veau gras et d’armer les justes. , États-Unis, 1988

« Le village des nains. »

FICHE TECHNIQUE

EGOLF (Tristan),Le Seigneur des Porcheries. Le temps est venu de tuer le veau gras et d’armer les justes., 1988, Gallimard, collection Folio, traduit de l’Anglais (États-Unis) par Rémy LAMBRECHTS, ISBN 2-07-074996-7, en poche (2000), 608 pages, ISBN 978-2070414734. Continuer la lecture de FICHES DE LECTURE – Tristan EGOLF, “Le Seigneur des procheries. le temps est venu de tuer le veau gras et d’armer les justes.” (1988)

MANUEL DE LITTERATURE – Afrique(s), Africain: mythes représentations et légendes. Frantz Fanon, Peau noire, masques blanc.

Peau noire, masques blanc
(1956)
Frantz Fanon (1925-1961)

 

Biographie de l’auteur :
Héros de la lutte anti-nazie et figure de proue du combat contre le colonialisme, Frantz Fanon est né à Fort-de-France en Martinique dans un milieu aisé. Il est l’enfant illégitime d’un couple sang mêlé. Entre 1939 et 1943, il continue ses études au lycée Schœlcher où enseigne à ce moment la Aimé Césaire. Puis, n’étant pas d’accord avec le régime du maréchal Pétain, il se rend à Dominique pour rallier les Forces françaises libres de la région caraïbe. Quelques années plus tard il s’engage dans la rédaction de sa thèse, Peau noire, masques blancs, qui est publiée en 1952, l’année où il se retrouve à l’hôpital de Saint-Alban. Là, formé par François Tosquelles, il s’inscrit dans le grand courant de la psychothérapie institutionnelle, né en France avec la lutte anti-nazie. En 1953, il est nommé médecin-chef de l’hôpital de Blida en Algérie où il passera trois ans à soigner des malades mentaux dans le contexte de la guerre de libération nationale. En 1956 il se rend à Tunis et s’engager plus en avant dans le combat. En 1960, au moment où il rédige son grand livre, Les Damnés de la Terre. il se sait atteint d’une leucémie. Il meurt en décembre 1961 dans un hôpital de Washington, convaincu du caractère inéluctable de l’indépendance pour laquelle il a tant lutté.

Extrait
Ma vie ne doit pas être consacrée à faire le bilan des valeurs nègres.
Il n’y a pas de monde blanc, il n’y a pas d’éthique blanche, pas d’avantage d’intelligence blanche. Il y a de part et d’autre du monde des hommes qui cherchent.
Je ne suis pas prisonnier de l’histoire. Je ne dois pas y chercher le sens de ma destinée.
Je dois me rappeler à tout instant que le véritable saut consiste à introduire l’invention dans mon existence.
Dans le monde où je m’achemine je me créé interminablement.
[…] Vais-je demander à l’homme blanc d’aujourd’hui d’être responsable des négriers du XVIIIe siècle ?
Vais-je essayer par tous les moyens de faire naître la Culpabilité dans les âmes ?
La douleur morale devant la densité du passé ? Je suis nègre et des tonnes de chaînes, des orages de coups, des fleuves de crachats ruissellent sur mes épaules.
Mais je n’ai pas le droit de me laisser ancrer. […] Je n’ai pas le droit de me laisser engluer dans les déterminations du passé.
Je ne suis pas esclave de l’Esclavage qui déshumanisa mes Pères.
[…] De plus, dans les rapports humains, le Noir peut se sentir étranger au monde occidental. Ne voulant pas faire figure de parent pauvre, de fils adoptif, de rejeton bâtard, va-t-il tenter de découvrir fébrilement une civilisation nègre ? […] Mais nous ne voyons absolument pas ce que ce fait pourrait changer dans la situation des petits gamins de huit ans qui travaillent dans le champs de canne en Martinique ou en Guadeloupe.
Il ne faut pas essayer de fixer l’homme puisque son destin est d’être lâché.
La densité de l’histoire ne détermine aucun de ses actes. […] Et c’est en dépassant la donnée historique, instrumentale, que j’introduis le cycle de ma liberté.
Le malheur de l’homme de couleur est d’avoir été « esclavagisé ».
Le malheur et l’inhumanité du Blanc est d’avoir tué l’homme quelque part.
Sont encore aujourd’hui d’organiser rationnellement cette déshumanisation. Mais moi, l’homme de couleur je ne veux qu’une chose :
Que jamais l’instrument ne domine l’homme. Que cesse à jamais l’asservissement de l’homme par l’homme. C’est-à-dire de moi par un autre. Qu’il me soit permis de découvrir et de vouloir l’homme où qu’il se trouve.
Le Nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc.
Tous deux ont à écarter des voix inhumaines qui furent celles de leurs ancêtres respectifs afin que naisse une authentique communication. Avant de s’engager dans la voix positive, il y a pour la liberté un effort de désaliénation. Un homme, au début de son existence, est toujours congestionné, est noyé dans la contingence. Le malheur d’un homme est d’avoir été un enfant.
C’est après un effort de reprise sur soi et de dépouillement, c’est par une tension permanente de leur liberté que les hommes peuvent créer les conditions d’existence idéales d’un monde humain.
Supériorité ? Infériorité ? Pourquoi tout simplement ne pas essayer de toucher l’autre, de sentir l’autre, de me révéler l’autre ? […] Mon ultime prière :
Ô mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge ! »

Résumé de l’œuvre :
La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc garde toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a comblé le monde, reste un problème d’avenir. Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser par beaucoup d’intellectuels du Tiers Monde.

 

Questions :
1- Que pensez vous de la citation suivante : “Je ne suis pas esclave de l’Esclavage qui déshumanisa mes Pères”.

2- Réfléchissez a cette citation:  “Vais-je demander à l’homme blanc d’aujourd’hui d’être responsable des négriers du XVIIIe siècle ?”

3- En se référant a l’extrait pensez vous que la philosophie que le narrateur prône est réalisable a notre époque?

Source :
FANON (Franz), Peau noire, masques blancs. , Paris, 1952, Maspéro, réédition aux éditions Présence africaine, édition en 1971 au Seuil dans la collection « Point Essais », 188 pages.

 

Manuel de Littérature, Afrique(s), Africain(s): mythes, légendes et représentations: Gide, Voyage au Congo.

Manuel de Littérature, Afrique(s), Africain(s): mythes, légendes et représentations: Florent COUAO-ZOTTI, L’Enfant aux pieds rouges.

Manuel de Littérature, Afrique(s), Africain(s): mythes, légendes et représentations: CAMARA Laye, Le regard du roi.