Archives par mot-clé : nouvelles

ANTHOLOGIE – 1997-1999, Alain VIRCONDELET, “le retour des sources.”, in Une enfance algérienne. “Les eaux amères deviennent douces.”

« Les eaux amères deviennent douces. »

 « […] Certaines nuits, en France, lorsque l’Algérie l’appelait trop, il ouvrait la fenêtre de sa chambre et regardait le ciel. C’était à son immensité illimitée qu’il tentait de la rejoindre. Mais les nuits de France n’avaient pas cette clarté profonde que les étoiles aiguisent, et dont il avait eu la chance quelquefois d’entrevoir la splendeur. Ces fameuses nuits, comme le lui racontait sa mère, dans lesquelles le ciel s’entrouvre, où les « eaux amères deviennent douces, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1997-1999, Alain VIRCONDELET, “le retour des sources.”, in Une enfance algérienne. “Les eaux amères deviennent douces.”

ANTHOLOGIE – 2012, Maïssa BEY, Sous le Jasmin la nuit., “Voilà encore un mot intéressant … “Heureuse”…”

« Voilà encore un mot intéressant… « heureuse »…. »

 « […] – Choisir de venir au monde…ça, c’est l’extrémité du fil. On ne choisit pas de venir au monde un matin de soleil ou une nuit d’orage. De naître d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée. Pas plus qu’on ne choisit la couleur de sa peau ou le sourire d’une mère.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2012, Maïssa BEY, Sous le Jasmin la nuit., “Voilà encore un mot intéressant … “Heureuse”…”

ANTHOLOGIE – 1982, Emmanuel DONGALA, Jazz et vin de palme. “Il ne sait pas à quel moment “l’homme” surgira pour le frapper à son tour.”

« Il ne sait pas à quel moment « l’homme » surgira pour le frapper à son tour. »

 « […] NON, cette fois-ci il n’échappera pas ! Après quarante-huit heures, on avait enfin pu retrouver sa trace, reconstituer son itinéraire et repérer le village où il se cachait. […]

L’exploit était quasi impossible car le père fondateur de la nation, le guide éclairé, le rénovateur, le grand timonier, le président à vie, le maréchal chef suprême des forces armées et père bien-aimé du peuple, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1982, Emmanuel DONGALA, Jazz et vin de palme. “Il ne sait pas à quel moment “l’homme” surgira pour le frapper à son tour.”