Archives par mot-clé : Mère

FICHES DE LECTURE – MABANCKOU, “Lumières de Pointe-Noire” (2013) par RAYMOND & KONTE

CRITIQUE LITTÉRAIRE

Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire, 2013, Paris, Prix littéraire 2013 de la fondation Prince Pierre de Monaco

« J’ai longtemps laissé croire que ma mère était encore en vie. »

FICHE TECHNIQUE

Mabanckou (Alain), Lumières de Pointe-Noire, 2013, Paris, aux éditions Seuil, 281 pages, collection « fiction & Cie », Prix de la Fondation Pierre de Monaco 2013. Continuer la lecture de FICHES DE LECTURE – MABANCKOU, “Lumières de Pointe-Noire” (2013) par RAYMOND & KONTE

ANTHOLOGIE – 2012, Maïssa BEY, Sous le Jasmin la nuit., “Voilà encore un mot intéressant … “Heureuse”…”

« Voilà encore un mot intéressant… « heureuse »…. »

 « […] – Choisir de venir au monde…ça, c’est l’extrémité du fil. On ne choisit pas de venir au monde un matin de soleil ou une nuit d’orage. De naître d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée. Pas plus qu’on ne choisit la couleur de sa peau ou le sourire d’une mère.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2012, Maïssa BEY, Sous le Jasmin la nuit., “Voilà encore un mot intéressant … “Heureuse”…”

ANTHOLOGIE – 1998 – Emmanuel DONGALA – Les petits garçons naissent aussi des étoiles, “Et j’ai cru revivre les derniers moments de la vie de Lumumba.”

« Et j’ai cru revivre les derniers moments de la vie de Lumumba. »

 « […] Quand j’eus totalement repris mes esprits, j’ai vu que je me trouvais sur une petite butte ; je dominais ainsi le champ de bataille comme un général en campagne. Ce que je voyais n’était pas beau : des coups de feu ; des coups de crosse qui s’abattaient sur les hommes, les femmes, les enfants ; les hommes, les femmes, les enfants qui essayaient de fuir. J’étais révolté.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1998 – Emmanuel DONGALA – Les petits garçons naissent aussi des étoiles, “Et j’ai cru revivre les derniers moments de la vie de Lumumba.”

ANTHOLOGIE – 2006 – Léonora MIANO – Contours du jour qui vient, “C’est le coeur ardent que j’étreins puissamment les contours du jour qui vient.”

« C’est le cœur ardent que j’étreins puissamment les contours du jour qui vient. »

 « […] Cette fois il me semble que tu me voies. Tu me demandes d’une voix douce, baissant à terre la pelle que tu tenais encore levée : Pourquoi t’être absentée si longtemps ma fille ? Ne sais-tu pas que je t’ai cherchée partout le cœur serré d’angoisse ? Jamais je n’ai entendu ces inflexions dans ta voix.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2006 – Léonora MIANO – Contours du jour qui vient, “C’est le coeur ardent que j’étreins puissamment les contours du jour qui vient.”

ANTHOLOGIE – 1997-1999, Alain VIRCONDELET, “le retour des sources.”, in Une enfance algérienne. “Les eaux amères deviennent douces.”

« Les eaux amères deviennent douces. »

 « […] Certaines nuits, en France, lorsque l’Algérie l’appelait trop, il ouvrait la fenêtre de sa chambre et regardait le ciel. C’était à son immensité illimitée qu’il tentait de la rejoindre. Mais les nuits de France n’avaient pas cette clarté profonde que les étoiles aiguisent, et dont il avait eu la chance quelquefois d’entrevoir la splendeur. Ces fameuses nuits, comme le lui racontait sa mère, dans lesquelles le ciel s’entrouvre, où les « eaux amères deviennent douces, Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1997-1999, Alain VIRCONDELET, “le retour des sources.”, in Une enfance algérienne. “Les eaux amères deviennent douces.”