Archives par mot-clé : autobiographie

Manuel de littérature – Qu’es-ce-qu’un roman africain? – Loin de mon Père, Véronique Tadjo

 vt  ab

Véronique TADJO Véronique Tadjo, née le 21 juillet 1955 à Paris, mais élevée à Abidjan, est une écrivaine ivoirienne, auteur de poèmes, de romans et d’ouvrages pour la jeunesse qu’elle illustre elle-même. Après avoir séjourné longtemps au Kenya et en Angleterre, elle vit aujourd’hui (2011) en Afrique du Sud où elle dirige depuis 2007 le Département de Français de l’Université du Witwatersrand à Johannesburg1. Elle est lauréate du Grand prix littéraire d’Afrique noire en 2005.

1024px-The_Wits_University_Great_Hall

Grand hall du campus Est de l’université du Witwatersrand où ont lieu les cérémonies de remise des diplômes.

Crédits des illustrations

Portrait de Véronique Tadjo, http://veroniquetadjo.com/?page_id=37

Œuvres

• 1984 : Latérite

• 1991 : Le Royaume aveugle

• 1992 : À vol d’oiseau

• 1995 : À mi-chemin (Poèmes)

• 2001 : L’Ombre d’Imana : Voyages jusqu’au bout du Rwanda

• 2005 : Reine Pokou, concerto pour un sacrifice

• 2006 : Champ de bataille et d’amour

• 2007 : Ayanda La petite fille qui ne voulait pas grandir

• 2010 : Loin de mon père

Nous nous sommes penchées sur une des œuvres de cet écrivain qui est : Loin de mon père

Résumé de l’œuvre

Une jeune métisse rentre en Côte d’Ivoire où son père vient de mourir. Alors qu’elle prend en main l’organisation des obsèques, une inconnue vient lui réclamer l’héritage de son fils révélant ainsi la vie secrète de ce père tant aimé. Nina revient dans son pays, la Côte d’Ivoire, pour y enterrer son père et organiser ses funérailles. Face à la famille, aux parents, aux amis, aux voisins, Nina est seule. Le pays qu’elle a quitté depuis si longtemps lui échappe, les règles et les usages lui restent obscurs, et il s’agit pourtant de trouver le ton juste, l’attitude convenable face aux comportements des uns et des autres, aux mesquineries, aux convoitises. Pour des raisons protocolaires, les funérailles sont plusieurs fois ajournées mais, dans ce pays où gronde la guerre civile, dans cette ville d’Abidjan en proie au chaos, Nina tente d’accepter, d’assumer son impuissance et de retrouver une appartenance à jamais perdue. Malgré sa posture tout à la fois proche et étrangère, elle investit avec dignité la place qui sera désormais la sienne en cette maison paternelle. Quel est le pouvoir des femmes au sein de la famille, jusqu’où peut aller l’ambiguïté de leur comportement face à la polygamie, l’héritage familial ou les choix de toute une vie ? D’une voix toujours plus déterminée, Véronique Tadjo questionne l’Afrique d’aujourd’hui, entre rituels et dérives politiques, destin individuel et portrait d’une culture ancestrale

Questions

1. Quelles sont les causes du retour de Nina au pays ?

2. Citer les problèmes qu’elle a rencontrés une fois au pays ?

3. Pouvez-vous répondre à la question de Véronique Tadjo ?

Illustration

index

La première de couverture du livre : Loin de mon père

Sources

https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_du_Witwatersrand#/media/File:The_Wits_University_Great_Hall.jpg

• http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/loin-de-mon-pere

• http://www.actes-sud.fr/catalogue/e-book/loin-de-mon-pere-epub

© Synthèse et appareil critique Nadia-Mélissa ATTY , & YARI Zeinab (mars 2016)

MANUEL DE LITTÉRATURE – Le départ : voyage(s), exil, migration(s), Camara LAYE, “L’Enfant noir”

ANTHOLOGIE & MANUEL DE LITTÉRATURE

“Le départ: voyage(s), exil, migration(s)”

 

http://www.africavivre.com/images/stories/flexicontent/l_l-enfant-noir-de-laurent-chevallier.jpg
Image du film de Laurent CHEVALLIER L’Enfant Noir.

Extrait de L’Enfant noir 1953, chapitre 9 Continuer la lecture de MANUEL DE LITTÉRATURE – Le départ : voyage(s), exil, migration(s), Camara LAYE, “L’Enfant noir”

ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – Afrique ambiguë, “Une sorte de contrat d’existence, inconscient et indéchirable.”

« Une sorte de contrat d’existence, inconscient et indéchirable. »

« […]                                                             AUTOPORTRAIT

            Avant mes vingt ans, c’était la cassure. Celle de la défaite, de l’humiliation ou du lâche soulagement. Ce n’était pas le plus bel âge de ma vie, mais, en un certain sens, son signe Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – Afrique ambiguë, “Une sorte de contrat d’existence, inconscient et indéchirable.”

ANTHOLOGIE – 2008 – Angélique UMUGWANEZA – Les Enfants du Rwanda, “Les Hutus comme les Tutsis.”

« Les Hutus comme les Tutsis. »

 « […] Les rumeurs selon lesquelles l’armée tutsie, le FPR, était responsable de l’attentat contre l’avion étaient partout au centre des conversations. Simultanément, d’autres rumeurs circulaient selon lesquelles les Tutsis auraient planifié le meurtre systématique de tous les Hutus, une fois qu’ils auraient pris le pouvoir. Dans cette atmosphère, la minorité tutsie de chez nous s’est sentie menacée et a commencé à fuir.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 2008 – Angélique UMUGWANEZA – Les Enfants du Rwanda, “Les Hutus comme les Tutsis.”

ANTHOLOGIE – 1953, Camara LAYE, L’Enfant noir. “Recevoir sur le derrière une correction mémorable.”

« Recevoir sur le derrière une correction toujours mémorable. »

 « […] A l’école, nous gagnions nos places, filles et garçons mêlés, réconciliés et, sitôt assis, nous étions tout oreille, tout immobilité, si bien que le maître donnait ses leçons dans un silence impressionnant.  Continuer la lecture de ANTHOLOGIE – 1953, Camara LAYE, L’Enfant noir. “Recevoir sur le derrière une correction mémorable.”