ATLAS – Histoire & Géographie “Petite histoire de la cartographie”

ATLAS

Atlas de Géographie & de Géopolitique

Atlas historique

PETITE HISTOIRE DE LA CARTOGRAPHIE

 Toute représentation plane de la sphère terrestre (planisphère) est une déformation. Tout planisphère est donc faux. Avant de faire une carte on choisit le type de déformation qui va permettre le mieux de représenter le thème cartographié. Toute carte est donc d’abord le résultat d’un choix.

 Le mode de déformation sur un plan de la sphère terrestre s’appelle une projection.

 On utilise essentiellement trois projections : la projection de Mercator qui date du XVIe siècle, la projection de Fuller qui date des années quarante (1946) et la projection de Peter qui date de 1974.

 La projection de Mercator (Belgique, fin XVIe siècle) est la projection sur un cylindre d’un globe tangent à l’équateur. Cette projection respecte les angles mais déforme les surfaces. Plus on s’éloigne de l’équateur terrestre plus les surfaces sont agrandies. Ainsi le Groenland apparaît plus grand que l’Afrique alors qu’il est 15 fois plus petit. Par conséquent les pays riches du Nord apparaissent bien plus étendus qu’ils ne le sont en réalité. Cela peut parfois donner l’impression qu’ils occupent une surface physique en concordance avec leur importance économique. En réalité les Etats riches du Nord n’occupent qu’une partie infime de l’espace mondial et leur richesse est incommensurablement plus importante que leur étendue.

 La projection de Fuller (Etats-Unis, milieu du XXe siècle) – appelée aussi projection polaire nord – est la projection de la sphère terrestre sur 20 triangles isocèles. Elle présente le monde comme une île unique entourée d’un océan unique. Elle présente l’avantage de ne pas placer le Nord en haut et le Sud en bas. Elle n’est pas ethno-centrée comme peut l’être la projection de Mercator quand elle est centrée sur l’Europe. La projection de Fuller permet des représentations graphiques du concept marxiste d’organisation du monde par un centre dominant sa périphérie. En ce sens si elle n’est pas ethno-centrée elle est très politisée.

 La projection de Peter (République Fédérale d’Allemagne, 1974 – 1981) est une projection qui respecte les surfaces. Ainsi les Etats les plus éloignés de l’équateur terrestre gardent leur surface proportionnelle mais perdent leur forme. Elle donne ainsi d’un point de vue graphique une grande place aux Etats du Sud en voie de développement. Elle a de ce fait été accusée de servir les idéaux tiers-mondistes et altermondialistes. Bien que le Dr Arno Peter s’en soit toujours défendue sa projection permet des représentations de thèmes touchant plus spécifiquement les Pays en Voie de Développement. Elle met en évidence par exemple que les pays dits du Sud représentent en réalité la plus grande partie des terres émergées et des populations.

 Depuis les années quatre vingt sous l’impulsion de l’école de statistique et de cartographie soviétique s’est développé une nouvelle manière de représenter le monde. C’est la représentation par anamorphose. Tenant compte du fait que toute représentation du Monde est une déformation les cartes par anamorphose déforment volontairement et outrageusement la surface et les formes des continents ou des pays. Dans ce cas la déformation est souvent corrélée à une gradation statistique. Par exemple les cartes qui représentent la richesse des pays par des parallélogrammes de surface différente en fonction de leur PIB.

 Je retiens : 

Toute carte est une déformation de la réalité. Elle est donc fausse.

Toute carte est le résultat d’un choix de déformation. C’est donc un choix qui peut être contesté.

Le mode de déformation s’appelle une projection. Il en existe trois principales.

Les projections les plus utilisées sont les projections de Mercator, de Fuller et de Peter.

On choisit une projection en fonction de ce qu’on veut démontrer. Une carte est donc une démonstration.

On peut choisir des déformations exagérées pour souligner un phénomène : c’est la carte par anamorphose.

 Petite histoire de la cartographie