COMPOSITION corrigée Histoire Seconde “L’année 1848.”

« L’année 1848 en France. »

Correction de la composition d’Histoire. 

Méthode et contenus. 

Dans quelles mesures peut-on affirmer que la révolution de février 1848 qui débouche sur la mise en place de réformes sociales ambitieuses procède du désir des Français de mettre en place une république sociale ? 

I. 1848, LA FRANCE EN CRISES : VERS UNE REPUBLIQUE REVOLUTIONNAIRE ? / La France de janvier 1848 est déjà une France en révolution : dans quelles mesures peut-on affirmer la France est prête à redevenir ce qu’elle fut en 1794, c’est-à-dire une France révolutionnaire ? 

1. La crise économique : la première crise industrielle en France ? 

1°) La situation économique et sociale en France en janvier 1848 et les dérives du libéralisme. 

2°) La double crise de 1847-1848 en France : la naissance de la crise industrielle. 

2. La crise politique. 

1°) La monarchie de Juillet, un régime à l’exceptionnelle longévité arrivé en bout de course ? 

2°) Les forces politiques en France

II. 1848, LA FRANCE EN REVOLUTIONS : UNE REPUBLIQUE SOCIALE ? / Dans quelles mesures peut-on dire que la France de 1848 se reconnaît dans les mesures sociales avancées mises en place par le gouvernement provisoire de la IIe République ? 

1. La révolution de février 1848 et ses conséquences politiques et sociales. 

                               1°) Les journées révolutionnaires de Février 1848. 

                               2°) Les mesures politiques et sociales de la République. 

2. La constitution de 1848 et la naissance de la démocratie en France. 

                               1°) La constitution de la IIe République et ses limites. 

                               2°) Les forces en présence en France à la veille de juin 1848. 

III. 1848, LA FRANCE DE LA REPRESSION : UNE REPUBLIQUE D’ORDRE ? / Après le divorce de juin 1848 c’est le parti de l’Ordre qui gouverne la France. Est-ce pour autant une République en ordre qui s’installe ? 

1. Les « journées de Juin » causes et conséquences d’un traumatisme historique. 

                               1°) Les revendications ouvrières et leur audience. 

                               2°) La répression et ses conséquences. 

2. La normalisation du régime et le triomphe de l’ordre en France. 

                               1°) Le verrouillage des institutions et de la vie politique. 

                               2°) Les élections présidentielles de 1848 et la victoire du parti de l’Ordre. 

« L’année 1848 en France. »

Dans quelles mesures peut-on affirmer que la révolution de février 1848 qui débouche sur la mise en place de réformes sociales ambitieuses procède du désir des Français de mettre en place une république sociale ? 

I. 1848, LA FRANCE EN CRISES : VERS UNE REPUBLIQUE REVOLUTIONNAIRE ? / La France de janvier 1848 est déjà une France en révolution : dans quelles mesures peut-on affirmer la France est prête à redevenir ce qu’elle fut en 1794, c’est-à-dire une France révolutionnaire ? 

1. La crise économique : la première crise industrielle en France ? 

1°) La situation économique et sociale en France en janvier 1848 et les dérives du libéralisme. 

1/ La France a connu depuis le milieu des années 1830 de puissantes mutations économiques et sociales. La France s’industrialise (Textile par exemple dans le Nord et la vallée rhodanienne, mines…) et elle modernise son système bancaire pour inciter les Français à épargner et permettre la redistribution de cette épargne vers les entreprises privée. Un homme incarne cette transformation : Guizot qui déclare à la Chambre : « Français enrichissez-vous par le travail et par l’épargne ! ». 2/ mais si la bourgeoisie connaît là une sorte d’âge d’or les classes populaires, laissées sans aucune protection sociale par l’idéologie libérale bourgeoise triomphante, vivent et travaillent dans des conditions effroyables : journées de quinze heures, endettement institutionnalisé auprès des patrons, emprisonnement pour dettes, interdiction du syndicalisme.

2°) La double crise de 1847-1848 en France : la naissance de la crise industrielle. 

1/ Or la situation économique et sociale en France en 1848 est déplorable : en 1846-1847 un renchérissement des prix agricoles à pénalisé durement les classes ouvrières urbaines toujours à la limite de la disette. En 1847-1848 c’est l’inverse : les trop bonnes récoltes font chuter les cours sans que la consommation ouvrière ne reprenne. En retour les paysans consomment moins de produits industriels : la crise agricole et la crise industrielle se sont nourries l’une l’autre. C’est la première fois que la crise agricole et la crise industrielle s’enchaînent avec une telle rapidité. 2/ Mais la crise est bien partie encore une fois du monde rural et agricole. La France de 1848 même si elle s’industrialise reste encore essentiellement une France rurale et agricole. Elle est éprise de continuité et de stabilité, et favorable à la propriété privée, ingrédients fondamentaux de la prospérité paysanne. La paysannerie en France est celle depuis 1789 des petits propriétaires.

2. La crise politique : crise du gouvernement ou crise du régime ? 

1°) La monarchie de Juillet, un régime à l’exceptionnelle longévité arrivé en bout de course ? 

1/ Si en janvier 1848 le désamour entre « la Monarchie de Juillet », et l’ensemble de la classe politique et des classes sociales en France est acté, il n’en a pas toujours été ainsi. Louis-Philippe Ier, le « roi-bourgeois », roi des Français et non de France a connu 18 années de règne. Il faut remonter à Louis XV pour retrouver un si long règne et la IIIe République pour en revoir ! Il a un temps contenté les aspirations bourgeoises en leur accordant une part du pouvoir tout en en privant les classes moyennes promptes dans les villes aux révoltes et aux révolutions. 2/ Mais une élite éclairée de Républicains de foi comme Lamartine ou de raison comme Tocqueville veut un élargissement du corps électoral. Censitaire celui-ci ne retient que 300,000 électeurs sur 35 millions de Français. Guizot refuse toute concession. A ce titre gouverner avec lui est impossible. Aveuglé par les grandes qualités humaines et intellectuelles de son ministre le roi n’a pas vu qu’il se compromettait lui-même en gardant coûte que coûte un homme haï et intransigeant.

2°) Les forces politiques en France. 

1/ Les forces politiques sont très diverses : aux côtés d’un mouvement monarchiste orléaniste de plus en plus isolé on trouve des républicains modérés (Lamartine) des socialistes (Louis Blanc) et une minorité monarchiste légitimiste (Tocqueville) tous hostiles à Louis-Philippe. Monarchistes et Républicains sont tous aussi divisés. 2/ Mais en janvier 1848 la montée du mécontentement permet une coalition de raison entre socialistes et républicains que viennent renforcer les légitimistes, encore maître d’une partie du monde rural. Dès lors le sort de la monarchie de juillet, minoritaire au sein même des notables, est scellé. La « campagne des banquets » (réunions politiques camouflées en réunions privées), inaugurée en 1847, vient manifester cette opposition des élites au régime.

II. 1848, LA FRANCE EN REVOLUTIONS : UNE REPUBLIQUE SOCIALE ? / Dans quelles mesures peut-on dire que la France de 1848 se reconnaît dans les mesures sociales avancées mises en place par le gouvernement provisoire de la IIe République ? 

1. La révolution de février 1848 et ses conséquences politiques et sociales. 

                               1°) Les journées révolutionnaires de Février 1848 : d’une révolte à une révolution. 

                               2°) Les mesures politiques et sociales de la République. 

2. La constitution de 1848 et la naissance de la démocratie en France. 

                               1°) La constitution de la IIe République et ses limites. 

                               2°) Les forces en présence en France à la veille de juin 1848. 

III. 1848, LA FRANCE DE LA REPRESSION : UNE REPUBLIQUE D’ORDRE ? / Après le divorce de juin 1848 c’est le parti de l’Ordre qui gouverne la France. Est-ce pour autant une République en ordre qui s’installe ? 

1. Les « journées de Juin » causes et conséquences d’un traumatisme historique. 

                               1°) Les revendications ouvrières et leur audience. 

                               2°) La répression et ses conséquences. 

2. La normalisation du régime et le triomphe de l’ordre en France. 

                               1°) Le verrouillage des institutions et de la vie politique. 

                               2°) Les élections présidentielles de 1848 et la victoire du parti de l’Ordre. 

© Erwan BERTHO

Document Microsoft Office Word à télécharger ci-dessous :

L’année 1848 version 2.0

Print Friendly, PDF & Email