Fiches de révision – Bac général – Séries ES & L – Philosophie, “Le bonheur.” par Hadiza CRESPIN.

BONHEUR

Le Bonheur est un état de satisfaction durable que nous cherchons à atteindre par nos actions et selon l’idée personnelle que nous en faisons.

L’homme pense qu’à travers l’argent, la célébrité et le pouvoir il peut constamment être heureux. (Préjugés)

Bonheur et Fortune

Le bonheur dépend-il de la bonne heure ? C’est-à-dire de la chance.

Le bonheur c’est la satisfaction des désirs, or le désir est insatiable donc l’homme est toujours état de malheur permanent. Pourtant il doit être universel, tout le monde doit pouvoir l’atteindre ou pas, sinon cela n’a pas de sens car le bonheur ne peut être basé sur la chance. Il faut le concevoir comme permanent.

Bonheur/ Joie/ Plaisir. Ces trois états sont différents et les deux derniers sont passagers.

Bonheur et vertu chez les grecs

D’après eux le bonheur ne peut se trouver dans la richesse, la beauté, la réussite car ils ne dépendent pas de l’homme mais de la chance. Donc le chemin vers le bonheur c’est la vertu (l’habitude de l’âme a agir convenablement).

Bonheur et destin, chez les stoïciens 1 – Bonheur = Ataraxie = Absence de troubles

Epictète, Il dit qu’il y a des choses qui dépendent de nous ou non donc il faut s’occuper de ce que nous pouvons contrôler (opinions, sentiments, croyances, idées…) pour ne pas être malheureux.

Bonheur et plaisir, chez Epicure          2 – Bonheur = Ataraxie = Plaisir, Absence de souffrance

Epicure, Il dit que le bien suprême c’est le plaisir. Mais tous plaisirs n’est pas bon à prendre car ils peuvent mener à la souffrance. Pour lui, le plaisir n’est pas la joie, il élimine juste le déséquilibre. Etant un athée, matérialiste, il ne croit donc pas à l’intervention de DIEU dans la vie humaine. Il dit que l’homme doit supporter la souffrance en vue d’un plaisir majeur, il peut atteindre le bonheur et ne plus avoir de dépendance.

Aponie = Absence de souffrance du corps / Ataraxie = Absence de troubles dans l’esprit

Bonheur et savoir, chez Aristote        3 – Bonheur = Eudaimonia = Bien-être

Aristote, pour lui le bien suprême de l’homme c’est le bonheur.  L’homme est un animal politique et rationnel. Il est doté de l’intelligence donc il doit travailler et développer ses facultés. Le chemin de la connaissance, c’est le bonheur. De plus, il est contre l’individualisme ; l’homme est fait pour vivre en communauté et participer à la vie politique en tant que citoyen. L’amour est essentiel.

Bonheur et politique

La recherche du bonheur est-elle une affaire privée ?

Le bonheur dans l’action

Le Bonheur est une action dans le monde, l’homme est un être de désir, il s’accomplit dans sa famille et dans son travail.

Rousseau + Spinoza, Le désir est l’essence de l’homme, il pousse donc à la réalisation. Pour Rousseau le changement perpétuel du monde et de notre personne nous empêche de faire des projets de bonheur.

Religion = solidarité en communauté

 Le bonheur collectif

Aristote, le bonheur implique l’amitié car l’homme ne peut s’accomplir seul.

« Personne ne choisirait de posséder tous les biens de ce monde pour en jouir seul. »

Bonheur et devoir

Le Bonheur comme devoir chez Kant

Kant, Pour lui le bonheur est personnel et dépend  de l’imagination et non de la raison. Il dit que le bien suprême de l’homme c’est la moralité. De plus, il dit qu’un état qui prescrirait aux individus d’être heureux serait une forme de despotisme.

« Personne ne peut me contraindre à être heureux d’une certaine manière. »

L’expérience du malheur

Le pessimisme chez Schopenhauer

Schopenhauer, Pour lui l’homme est incapable d’être heureux parce qu’il ressent davantage la souffrance que la joie. En effet, l’homme est incapable de jouir durablement de ce qu’il possède, il verra toujours ce qui lui manque (malheur).

Le divertissement chez Pascal

Pascal, Pour lui l’homme recherche le pouvoir, la gloire, etc., non pour être heureux mais pour oublier son malheur. Toutes activités distrayantes ainsi qui peuvent permettre de ne pas penser à sa condition misérable et sa mort.

                                              4 – Bonheur = Euthemia = Bon cœur / Bien être (amour)

Définitions :

Béatitude = mysticisme = détachement du monde pour chercher la grâce de Dieu, loin du confort matériel = isolement.

Fatalisme = accepter son destin, c’est la sagesse. Il faut accepter les choses telles qu’elles sont et ne pas vouloir qu’elles soient comme nous le voulons.

Satisfaction = état subjectif dans lequel on ne ressent aucun manque, privation, sentiment de plénitude, de suffisance.

© Hadiza CRESPIN (décembre 2016)

Cliquez ICI pour revenir à l’index des fiches de révision qui se trouve dans la catégorie “Fiches de révision – Bac général” seul article n’ayant pas de sous-catégorie associée.

Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal mis en forme et en couleurs:

fiche_philo_bonheur_crespin_hadiza_2

Print Friendly, PDF & Email