HDA 2013-2014 – ANONYME “Judenaktion, Ivangorod”, 1942, Ukraine, URSS

800px-Kiev_Jew_Killings_in_Ivangorod_(1942)

ANONYME, Judenaktion, Invangorod, 1942. , URSS, Ukraine.

FICHE TECHNIQUE

ANONYME, Judenaktion, Invangorod, 1942. , photographie prise par un membre des Einsatzgruppen SS pendant l’invasion de l’URSS, interceptée par la résistance polonaise de Varsovie en 1942 et conservée dans les archives personnelles de Jerzi TOMASZEWSKI, membre de la résistance juive en Pologne.

DESCRIPTION

La photographie représente l’assassinat de Juifs ukrainiens pendant l’été 1942, soit approximativement un an après l’invasion de l’URSS par les armées nazies. Elle présente trois groupes de personnes. À l’extrême gauche on voit trois tireurs en uniformes de combat (La fameuse waffenrock vert-de-gris). Les jambes du pantalon du tireur central avec leur Pritschehose caractéristique des tenues faites sur mesure peuvent laisser penser, sans certitude, qu’il s’agirait plutôt de membres de la Waffen SS (Verfügungstruppe). Un corps est affalé aux pieds des tireurs, ce qui signifie que la tuerie a déjà commencé. Au centre une femme tient dans ses bras un enfant. Les jambes nues de l’enfant permettent de dire qu’il s’agit soit d’un très jeune garçon soit d’une fillette : les enfants portent alors de culottes courtes et les fillettes ne sont pas astreintes au port des longues jupes des femmes ukrainiennes. La femme, communément appelée « la mère » est en mouvements rapides comme en témoignent ses pieds levés. En léger déséquilibre peut-être a-t-elle saisie l’enfant qui ne courait pas assez vite. On peut penser que les assassins ont intimé à leurs victimes l’ordre de courir vers les tombes à droite pour mettre en mouvement le groupe qu’ils allaient assassiner. À droite, un groupe d’hommes et de jeunes garçons (Les casquettes portées par les paysans et les ouvriers sont le couvre-chef typique des adolescents et des hommes dans l’Empire russe et l’URSS depuis le XIXe siècle). Ils sont recroquevillés près d’un poteau planté dans le sol. L’amoncellement de roches et de terre est peut-être le signe qu’il s’agit d’une fosse commune ou d’une tombe collective, peut-être ancienne et réutilisée pour l’occasion.

ANALYSE

Depuis l’invasion de la Pologne par les Nazis (1er septembre 1939) les unités de la Wehrmacht (Armée régulière) sont suivies par des unités de la Waffen SS (Verfügungstruppe, et police dépendant du RSHA) constituées en groupe spéciaux (Einsatzgruppen) chargés d’épurer les zones conquises. Cette épuration prend d’abord la forme d’une exécution des leaders d’opinion (Pologne) avant de prendre celle de la destruction systématique des Juifs dans les régions d’Estonie, de Lettonie, de Lituanie, d’Ukraine, de Biélorussie et de Russie avec le déclenchement de « l’Opération Barbarossa » en juin 1941. C’est alors le déclenchement de ce qu’on appelle « la Shoah par balles » (1,5 millions de personnes assassinées entre 1941 et 1942). En 1942, devant le coût financier de la « Shoah par balles », la destruction des Juifs et des Tziganes d’Europe programmée lors de la Conférence de Wannsee (banlieue de Berlin) prend le relais. Ce sera l’Aktion Reinhardt en hommage à Reinhard HEYDRICH, chef du RSHA, assassiné à Prague par la résistance tchèque envoyée de Londres. Dès lors, les camps d’extermination (Belzec, Maidanek, Sobibor et Treblinka) et les camps mixtes extermination-concentration (Auschwitz-Birkenau et Auschwitz-Monowitz) prennent le relais en procédant à l’assassinat des déportés juifs et tziganes par le gaz Zyklon B fourni par l’IG Farben. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) n’est plus enseignée de manière chronologique aux élèves de 3e ou de 1ère. Les programmes focalisent l’étude la guerre sur le concept de la Guerre totale, dont cette photographie est un terrible exemple. La destruction des Juifs et des Tziganes d’Europe constitue l’étude de cas privilégiée par les programmes pour aborder le concept de la guerre totale, mobilisation de la totalité des moyens pour détruire totalement l’ennemi. Pour les Nazis la destruction de l’idéologie ennemie (Le bolchévisme et le capitalisme libéral) ne peut se faire sans détruire le peuple qui selon eux véhicule cette idéologie : le peuple juif d’Europe. Les lois de Nuremberg (1938) comme le programme du NSDAP (1921) avaient déjà lié religion juive et peuple juif, transformant définitivement l’antijudaïsme médiéval en un antisémitisme sans échappatoire pour les victimes.

1.1 HISTOIRE DES ARTS Histoire-Géographie Judenaktion, Ivangorod, 1942

1.2 HISTOIRE DES ARTS Notice Judenaktion, Ivangorod, 1942

Print Friendly, PDF & Email