ANTHOLOGIE – 1957 – Georges BALANDIER – Afrique ambiguë, “La complainte du chaos.”

« La complainte du chaos. »

 « […]                                                  L’Afrique sait ce qu’elle est

            L’Afrique, elle, sait ce qu’elle est. Elle l’a toujours su, mais nous en Occident, et beaucoup d’autres ailleurs, avons simplifié sa complexe réalité, ignoré sa force d’être et de maintenir ce qu’elle est, par notre incapacité peut-être, par paresse et par calcul surtout. Calcul de dominant, de maître de la mise en valeur et d’exploitation […]

            Les images fausses ou brouillées, on en constate la vulgarisation, elles sont acceptées sans trop être mises en question. Celles d’Afriques où le développement économique stagne par manque de moteurs nationaux assez nombreux et suffisamment puissants, comme si le continent restait continûment depuis un demi-siècle en essai de développement. […] L’Afrique devient aussi un champs d’expansion où les moyens économiques et financiers remplacent les moyens militaires et politiques d’autrefois, ses ressources et ses marchés sont recherchés par les nouvelles puissances montantes en croissance économique accélérée. C’est le cas de la Chine […] L’Afrique bouge en faisant bouger la situation dans laquelle la mondialisation l’inscrit, le temps de a dépendance par effet de colonisation, le temps de l’instrumentalisation stratégique en période de « guerre froide » sont passés.

            L’Afrique actuelle se construit, avec ce qu’elle retient de son héritage et ce qu’elle domestique venant de la modernité. Elle ne se complaît pas à laisser faire ce qui pourrait la détruire, à trouver une sombre jouissance dans des enfermements tragiques et funestes. […] De l’extérieur, par vue courte ou calcul long, le continent reste vu comme porteur de scènes où le chaos est établi, de scènes ou le tragique ravage les vies et ruine des régions ou des pays. […]

            La complainte du chaos sans issue, du tragique sans apaisement, de l’impuissance sans remède masque la présence récurrente de ces maux, malheurs et ruines dans le cours des histoires qui ne sont pas celles des Afriques mais d’ailleurs. Surtout, cette complainte occulte ce qui a déjà été accompli en peu de décennies. Il suffit de quelques rappels pour troubler cet oubli. Une grande lumière vient de l’Afrique du Sud, où l’inébranlable résistance de Nelson Mandela a fait naître l’indépendance des peuples sud-africains des ruines de vieilles subordinations-discriminations, instituées par l’apartheid, entretenues par la violence, rejetées par la révolte […]

            L’Afrique ne s’accommode donc pas de ce qui pourrait la tenir en état de crise chronique, la période de transition résultant de la déconstruction des structures coloniales est en voie d’achèvement. La période d’exposition aux dynamiques de la globalisation économique et de la modernité mondialisante s’ouvre avec l’apparition de contraintes nouvelles, mais aussi de nouvelles règles du jeu qui redonnent de la liberté d’action aux initiatives innovantes. Les générations ont changé, les autocrates issus des coups d’État et de la violence cupide disparaissent […]

            L’Afrique sait ce qu’elle est aujourd’hui, face à la modernité, face à la mondialisation. Elle est dans la modernité par ses accomplissements matériels, par ses savoirs que l’école, l’université, la recherche créent en les diffusant, par son appropriation rapide des nouvelles technologies et des modes de mises en valeur. Elle l’est par la créativité culturelle, par cela qui a toujours été une grande force, la démonstration de sa fécondité civilisatrice. Ses musiques, ses arts […] ses littératures exprimant la diversité du continent dans la recherche d’une libre élaboration d’autres modernités, toutes ces œuvres par lesquelles l’Afrique se dit et révèle ce qu’elle a à dire aux hommes d’ailleurs. […] »

 BALANDIER (Georges), Afrique ambiguë, 1957, Paris, aux éditions Plon, réédition Pocket, dans la collection « Terre Humaine – Poche », 2008, 383 pages, une édition augmentée d’une préface inédite de l’auteur et un autoportrait en fin d’ouvrage, Pages 10 et suivantes. ISBN 978-2-266-18147-1

→ Index des auteurs de l’Anthologie Europe-Afrique

→ Index des années de parution des œuvres de l’Anthologie Europe-Afrique

Print Friendly, PDF & Email