DOCUMENTS D’HISTOIRE – Civil War, “Naissance d’une puissance industrielle: Gettysburg, la guerre moderne industrielle.”

CIVIL WAR

1861-1865 LA « GUERRE DE SÉCESSION » AUXÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE ET LA NAISSANCE D’UNE PUISSANCE INDUSTRIELLE

Acte V.

LA BATAILLE DE GETTYSBURG (1er, 2 et 3 JUILLET 1863), LA GUERRE MODERNE INDUSTRIELLE

La bataille de Gettysburg qui s’est déroulée le 1er, 2 et 3 juillet 1863 et s’est soldée par l’écrasante victoire des armées fédérales marque un tournant symbolique et stratégique dans l’histoire de la guerre civile américaine (1861-1865). Sa proximité avec la fête anniversaire de l’indépendance des États-Unis d’Amérique (4 juillet 1776), sa place au milieu d’une année elle-même au milieu de la guerre ajoute à la dimension mythique de ces journées. 

À bien des égards elle est aussi importante pour le chapitre qu’elle ouvre dans l’histoire de la guerre moderne que ceux qu’elle clôt. Et dans cette mêlée confuse d’ancien et de nouveau elle paraît éminemment caractéristique du conflit lui-même. La bataille de Gettysburg marque la fin de deux conceptions tactiques et stratégiques héritées de la période napoléonienne. La conception tactique qui fait de la charge d’infanterie en rangs serrés et en colonne le faîte de la bataille, et la conception stratégique qui fait de la bataille décisive le point de fuite de toute une campagne.

Le général LEE qui commande l’armée de Virginie, principal corps de bataille de la Confédération, entre en campagne dans le Maryland, un État du Nord, afin de faire porter l’effort de guerre sur l’Union et non sur l’État de Virginie qui a été le théâtre de tous les grands affrontements de la guerre civile. Son objectif est de livrer une bataille décisive victorieuse afin de convaincre les grandes puissances européennes que le conflit ne peut pas être gagné par le Nord. Il espère faire intervenir la Grande Bretagne aux côtés de la Confédération, au moins comme médiatrice d’une « paix blanche » qui accorderait à la Confédération une indépendance de fait.

La bataille commence de manière impromptue par la rencontre progressive de toutes les unités des deux armées, l’armée de Virginie (CSA) commandée par le général LEE, invaincu jusqu’alors, et l’armée du Potomac (USA) commandée depuis le matin même par le général MEADE. Les Confédérés encerclent l’armée nordiste retranchée sur les hauteurs. Durant les trois jours les unités confédérées vont lancer des assauts furieux contre les positions fortifiés des unionistes. Au nord, puis au sud puis enfin au centre lors de la célèbre « Pickett’s charge ».

A chaque fois l’infanterie sudiste est victorieuse sur le plan tactique car les soldats de l’Union se replient. Mais ces derniers n’abandonnent ni ne fuient. L’armée fédérale reste sur ses positions. Plus les heures passent et plus son moral et ses fortifications se resserrent. Les succès tactiques n’ont donc aucune valeur. C’est une bataille d’usure.

Les deux facteurs qui décident de la victoire sont d’une part la formidable ténacité des fantassins de l’Union. Depuis le 1er janvier 1863 et la proclamation d’abolition de l’esclavage la guerre civile est devenue une guerre idéologique : celle des esclavagistes contre la liberté, fondement sacré du système politique et idéologique des États-Unis.

Le deuxième facteur est l’utilisation de l’artillerie contre les masses d’infanterie. Jusqu’alors l’artillerie avait mené des duels de batteries. Le général HUNT qui commande l’artillerie nordiste fait taire ses canons le 3e jour, conscient que le formidable bombardement auquel il est soumis est le prélude à une vaste attaque d’infanterie. Lorsque les troupes du général PICKETT sortent des bois environnants ils sont fauchés par la mitraille des canons puis des mousquets d’une infanterie, à l’abri derrière les parapets de pierres et de bois hérissés les deux jours précédents. Sur les 12,000 hommes qui partent à l’attaque moins d’un millier arrivent au contact de l’ennemi.

La guerre des généraux et des ministres s’achève. La guerre du peuple commence. La charge d’infanterie n’a plus d’avenir à une époque où le tir concentré porte à près de 1000 mètres. Désormais la victoire repose sur la capacité d’un État à endoctriner ses soldats et à les fournir en canons puissants et mobiles. C’est la guerre d’usure.

© Erwan BERTHO (2013, 2014, révision 2019)

Articles complémentaires :

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Civil War.”

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Puissances & conflits au XXe siècle.”

Print Friendly, PDF & Email