FICHES DE LECTURE – MABANCKOU, “Lumières de Pointe-Noire” (2013) par OUATTARA & BANOUNE

CRITIQUE LITTÉRAIRE

Alain MABANCKOU, Lumière de Pointe-Noire. Paris, 2013, prix de la Fondation Pierre de Monaco

FICHE TECHNIQUE

MABANCKOU (Alain), Lumières de Pointe-Noire. , 2013, Paris, aux éditions du Seuil, collection « Fiction&Cie », 282 pages, Prix de la « Fondation Pierre de Monaco » 2013.

ISBN 978-2-02-100394-9

L’AUTEUR

Alain Mabanckou, né à Pointe-Noire au Congo. Il obtient un baccalauréat en Lettres et Philosophie au Lycée Karl-Marx. Après un premier cycle de droit privé à l’Université Marien-Ngouabi à Brazzaville, il obtient une bourse d’études et s’envole pour la France à l’âge de 22 ans.

En 2010 Alain Mabanckou a été nommé par décret du Président de la République française au grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

En 2012 l’Académie française lui a décerné le Grand Prix de littérature Henri Gal (prix de l’Institut de France doté d’un montant de 40.000 euros et qui couronne l’ensemble de l’œuvre d’un écrivain).

LE LIVRE

Dans ce roman, le poète, essayiste et romancier, Alain Mabanckou nous livre un récit personnel sur son retour au pays après 23 années passées à l’étranger. En effet, c’est au fil de plusieurs confessions, aveux, et retranscriptions sincères des événements, que le lecteur en apprend plus sur le personnage africain authentique que voudrait être Alain Mabanckou. Ce récit constitue ainsi une entrée vers un monde africain, vers l’esprit toujours jeune et animée par des souvenirs du passé de l’auteur, et surtout vers un bonheur, une joie de vivre, une convivialité africaine alimentée par des plaisirs simples et frugaux.

Ce n’est pourtant pas la société africaine fragile et victimisée des clichés médiatiques qui est présentée ici, mais une communauté grande, forte et unie. Dans ce témoignage, pourtant drôle et bercé de sensibilité, le regret s’inscrit en filagramme. C’est un univers marqué par la mort et la maladie, par des proches avides et rancuniers, et par des souvenirs d’un monde qui ne reviendra pas, d’une famille qui ne sera plus jamais la même.

Mais un espoir, une lumière vient tempérer ce désespoir : Ce sont les sourires des enfants, leurs bonheurs incompris par les étrangers qui maintiennent, tels des piliers, cette société.

Ce roman a pour avantage d’être très accessible de par la simplicité de sa rédaction, il est adapté à tout type de lecteur, jeune et âgé, et rédigé d’une plume analogue à celle de Camara Laye. La clarté et l’apparente simplicité du style d’Alain MABANCKOU sont une des caractéristiques de son style.

En effet, l’intérêt du lecteur est constamment maintenu, tantôt grâce à un humour parfois féroce et acide, tantôt grâce à des scènes émouvantes. Le lecteur est ému par les différents décès, la mort est omniprésente, et même la disparition de son chien est mise en scène de manière si solennelle qu’elle suscite la compassion du lecteur.

Le cadre social évoqué est très large ; la famille d’Alain Mabanckou, à l’instar d’une famille africaine, est grande et possède d’innombrables ramifications. Différents caractères sont évoqués, les jeunes générations et les anciennes sont méticuleusement décrites, et ce roman déploie majestueusement l’arbre généalogique de l’auteur. C’est l’occasion de mêler le portrait de l’Afrique d’hier et celle d’aujourd’hui.

Ce roman possède une dimension philosophique : la question d’un bonheur en Afrique, sinon du bonheur africain, pensé comme indépendant des biens matériels, et différent du bonheur occidental, y est suggérée.

En effet, le lecteur évoque une incompréhension du sens de satisfaction des Africains. Selon lui, les enfants africains ne sont point à plaindre, et leurs manques de biens matériels, leurs vies bercé par la précarité, leurs manques même parfois des nécessités les plus importantes ne constituent guère une entrave à leur bonheur. Bien au contraire, leurs bonheurs se fondent sur l’innocence de leurs esprits, et la facilité avec laquelle apparaissent leurs sourires. Ils sont heureux parce qu’ils sont ensemble, ils sont heureux parce qu’ils ont la chance de vivre, parce qu’ils forment tous une unité, un groupe soudé.

On retrouve ici les accents de son essai Le sanglot de l’homme noir (Fayard, Paris, 2012) dans lequel Alain MABANCKOU refusait déjà le portrait d’une Afrique victime des autres et de son histoire.

Mais, la constitution de ce livre, plus semblable a une énumération de souvenirs, qu’a un récit aventureux, le rend moins intéressent pour les lecteurs Africain, qui voit en ce livre une reconstitution des faits courants de son existence. Ainsi, je trouve que ce livre est plus destiné à un lecteur étranger, pour qui il constituerait un recueil d’aventure merveilleuse.

Pour conclure, je dirai que j’ai beaucoup apprécié l’originalité de la plume d’Alain Mabanckou, dont les vagues fluides et claires, évoluent parfois avec agitation. Celui-ci défend avec fidélité sa patrie d’origine, qu’il tente de décrire avec sincérité, en accentuant tout de même les nombreuses qualités de sa communauté. Mais même si cette biographie est plutôt destinée à un lecteur étranger, elle constitue un rappel d’une culture qu’il faut impérativement préserver.

L’EXTRAIT

« […] J’erre dans le quartier Voungou en cette fin d’après-midi. Peut-être pour rechercher des indices qui me rappelleraient les vadrouilles de mon enfance dans les parages. Je reste parfois immobile pendant quelque secondes et ferme les yeux, persuadé que ceux-ci ne pourraient me dévoiler le vrai visage des choses qui se bousculent dans ma mémoire et dont les contours sont devenus imprécis avec le temps. Ceux qui me croisent pressentent que je ne suis pas d’ici-ou plutôt ne suis plus d’ici-car qui, en dehors des fous de la ville, oserait par exemple s’attarder sur un tas d’immondices, sur une carcasse d’animale ou s’émouvoir devant le caquètement d’une poule dont on ignore ce qu’elle fait sur des étals d’un marché désert ? […] »

 MANANCKOU (2013)

© Rabiatou OUTTARA (2014), avec la collaboration d’Abdel Ali BANOUNE.

 8.1 MABANCKOU Lumières de Pointe Noire OUATTARA & BANOUNE

→ Pour revenir à l’index des fiches de lectures classées par genre de la bibliothèque virtuelle, cliquez ici.

→ Pour revenir à l’index des fiches de lectures classées par auteurs de la bibliothèque virtuelle, cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email