FICHES DE LECTURES – Michèle TRIBALAT, “Assimilation, la fin du modèle français,” (2013)

BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE – FICHES DE LECTURE

Michèle TRIBALAT, Assimilation. La fin du modèle français. , France, 2013

« Que voulons-nous d’eux ? »

FICHE TECHNIQUE

TRIBALAT (Michèle), Assimilation. La fin du modèle français, 2013, Paris, aux éditions Télégraphe / éditions du Toucan (éditeur indépendant), 349 pages, ISBN 978-2-81000-553-6.

L’AUTEUR

Michèle TRIBALAT est chercheuse à l’Institut National des Études Démographiques (INED), prestigieux établissement français chargé d’établir et d’analyser les statistiques relatives à la démographie. Spécialisée dans les questions de l’immigration et de l’intégration des étrangers en France, puis de la place de l’Islam et de sa pratique, elle s’est régulièrement élevée contre le flou des statistiques publiques en matière d’immigration et des pratiques religieuses. Depuis 2010, alors qu’elle s’était prononcée en faveur de la mise en place de statistiques dites « ethniques », statistiques réclamées également par des organisations d’immigrées (Mais refusées par d’autres) comme le Conseil Représentatif des Associations Noires de France, (CRAN, mais sous un autre nom), elle se trouve au centre d’une polémique alimentée par une partie de l’intelligentsia de gauche dont Hervé LE BRAS, brillant statisticiens français, qui a accusé Michèle TRIBALAT de vouloir renouer avec les pratiques nazies de fichage ethnique et religieux.

LE LIVRE

Le livre de Michel TRIBALAT, Assimilation. La fin du modèle français, est un livre à thèse. Et la thèse, dure, est crument exposée : les immigrés ne s’assimilent plus parce qu’ils ne sont plus tenus de le faire (La culture des élites valorisant d’autant plus le multiculturalisme qu’elles mêmes s’y sont plus confrontées), et, de ce fait, les immigrés, surtout musulmans, imposent la permanence de traits culturels forts, y compris ceux en désaccords flagrants avec les devoirs républicains, comme les limites toujours plus étendues posées à la liberté d’expression. Pour Michel TRIBALAT il s’agit d’une nouvelle « trahison des clercs », à l’échelle française mais aussi à l’échelle européenne.

Favorable au projet européen, Michel TRIBALAT n’en dénonce pas moins la dérive multi culturaliste des fonctionnaires de Bruxelles, trop soucieux de saper l’identité nationale dans une mosaïque de cultures, sans se rendre compte qu’au-delà du multi culturalisme le communautarisme menace de saper les fondements politiques communs à l’Europe : la démocratie sociale et politique.

L’immigration en France et en Europe est devenue un objet politique à part entière. L’arrivée au pouvoir des partis eurosceptiques, la montée des partis xénophobes et de l’extrême-droite, leur participation de plus en plus fréquente et de plus en plus longue aux gouvernements, leur enracinement dans les instances locales, la part prise par les questions migratoires dans les programmes politiques des autres formations l’illustrent. Et à chaque élection, l’illustrent de plus en plus.

Michèle TRIBALAT, chercheur à l’INED, tente de démêler les mécanismes de la politique migratoire, en France et en Europe, à travers la flou des statistiques mais, aussi, à travers les pétitions de principes et les multiples déclarations politiques et les directives européennes.

La France ne dispose pas d’un outil statistique pour mesurer sa population étrangère. Chaque ministère (Ministère des Affaires Étrangères, MAE, Ministère de l’Intérieur, Ministère des Affaires Sociales) dispose pour la partie qui le concerne de ses propres enquêtes statistiques, menées sur des critères qui ne se recoupent pas forcément d’un ministère à l’autre. Par ailleurs le recensement général de la population ne prenait qu’imparfaitement en compte la question de l’origine, et pas du tout les questions religieuses. Il a été supprimé, au profit d’enquêtes territoriales restreintes, qui rendent plus lointaine la possibilité d’établir des séries statistiques fiables.

La seule enquête fiable et d’envergure dont dispose la France est l’Application de Gestion centralisée des Dossiers des Ressortissants Étrangers en France (AGDREF, Ministère de l’Intérieur) dont l’INED faisait régulièrement une synthèse dans sa revue Chroniques de l’Immigration. Mais les chiffres d’AGDREF émanant du Ministère de l’Intérieur étaient plus élevés (215 000 entrées d’étrangers par an) que ceux collectés par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) qui estimait les entrées à 136 000 étrangers, soit un différentiel de 79 000 entrées représentant un écart de 58%. La revue Chroniques de l’Immigration publiant les chiffres peu consensuels d’AGDREF, elle fut supprimée (2008). Les dernières statistiques centralisées connues concernent donc la période 2008 pour des chiffres de 2006.

Ce sont donc les chiffres grossièrement sous-évalués, ceux de l’INSEE essentiellement, qui sont transmis à l’Union Européenne (UE) et à sa division statistique (EUROSTAT). La France reprenant parfois les données d’EUROSTAT pour avoir un aperçu statistique de ses propres flux migratoires, oubliant que ces chiffres d’origine soit disant européenne viennent par une grande partie de ses propre statistiques faussées.

La France se distingue en cela de ses voisins (Grande-Bretagne, Pays Bas, Danemark) qui mènent plus souvent et plus précisément des enquêtes concernant la nationalité d’origine et les pratiques religieuses. Il est parfois plus simples pour avoir des informations statistiques récentes sur la population étrangère et immigrée en France de passer par des organismes étrangers comme le Pew Forum.

Les questions du flou statistique, des outils statistiques et de la connaissance des flux migratoires sont au cœur des questions qui agitent les politiques et les démographes. Michèle TRIBALAT milite depuis de nombreuses années, et avec elle des associations d’immigrés et d’étrangers, pour des statistiques dites ethniques. Ceux qui s’y opposent mettent en avant le risque que feraient peser sur les immigrés et les étrangers de telles statistiques si un mouvement xénophobe prenait le pouvoir en France. Pour Michel TRIBALAT au contraire, seule la connaissance précise des phénomènes migratoires permettra des réponses appropriées et rapides aux questions d’intégration et d’assimilation.

Pour Michèle TRIBALAT la France est entrée depuis 2000 dans une phase d’immigration intense. Si entre 1975 et 1999 la population étrangère et immigrée avait cru de 11% (Au même rythme que le reste de la population) elle a cru en revanche de 24% entre 1999 et 2009 alors que la population native n’augmentait que de 5%. En conséquence la part des immigrés étrangers est passée de 7,4% à 8,5%, soit la plus haute proportion de son histoire. Il faut remonter à la période 1920-1926 pour avoir la même croissance de la population immigrée en France. On compte actuellement plus de 5 millions d’étrangers en France pour 65 millions d’habitants (2006).

Par rapport à ses voisins, l’immigration en France sur la période 2001-2011 est plus faible : en Espagne la population immigrée est passée de 0,9% (1991) à 12% (2011) de la population totale. En Grande-Bretagne elle a augmenté de 63% en dix ans. Si l’on prend non plus seulement la population immigrée et étrangère, mais la population immigrée et celle ayant des parents immigrés (Dite population « Immigrée sur deux générations), la France compte 19% d’immigrés et d’enfants d’immigrés, contre 20% en Allemagne, 21% aux Pays Bas, 23,5% aux États-Unis et 26% en Suède.

L’immigration sur une ou deux générations est donc forte en France comme partout en Europe. Quelle part l’immigration va prendre dans la croissance démographique de l’Europe ? Le scénario élaboré par la Commission de Bruxelles (Scénario Convergence 2010-2060) estime que sans immigration, l’Union Européenne va perdre entre 79 et 86 millions d’habitants en un demi siècle (L’indice de fécondité étant bas : 1,54 enfant par femme en Italie, 1,36 en Allemagne).

Pour la France, au vu des comportements démographiques actuels, l’immigration permettrait à la France de gagner 15 millions d’habitants sur 50 ans, faute de quoi la population française stagnerait, voire régresserait légèrement (Moins 3 millions d’habitants). Mais ce qui compte c’est l’indice synthétique de soutien (Nombre de personnes en âge d’être des actifs pour le nombre de personnes en âge d’être inactifs, soit avant 16 ans et après 67 ans). Sans immigration il passerait de 1,7 en 2007 à 1,21 en 2060, ou 1,28 avec les effets de l’immigration. Ainsi, l’immigration aura un impact majeur sur la structure démographique de la France, mais un impact très faible sur l’activité économique.

Plus important peut-être, l’indice de soutien réel (Nombre d’actifs sur les inactifs) passerait de 0,82 en 2007 à 0,56 (Sans immigration) à 0,58 (Avec immigration) en 2060, soit un apport de l’immigration de 0,02 point. Autant dire rien. L’immigration ne va donc pas compenser la détérioration de l’indice de soutien réel : il y aura, en 2060, toujours plus d’inactifs (Essentiellement des personnes âgées) que d’actifs. L’immigration n’est donc pas, selon Michèle TRIBALAT (se fondant sur les statistiques françaises, européennes et internationales) le remède universel au vieillissement de la population française.

Au sein de la population immigrée en France (Étrangère ou immigrée, sur une ou deux générations), les Musulmans en représentent la part principale. La France a la plus importante population musulmane d’Europe, exceptée la Bulgarie dont une partie de la population native est musulmane depuis le XVe siècle. Les Musulmans étaient environ 3,7 millions en France en 2006, ils étaient estimés à 4,2 millions en 2009, soit 6,7% de la population métropolitaine, 4,8 millions en 2012 soit 7,5% de la population. La France accueille 25% des musulmans d’Europe. Si elle reste à 38% catholique, 8% musulmane et 2% protestante, les personnes qui déclarent accorder beaucoup d’importance à la religion sont dans leur majorité des musulmans : les jeunes musulmans en particuliers (18 ans – 27 ans) sont 56% à accorder une grande importance à la religion (Contre 7% pour les Catholiques de la même tranche d’âge).

Les Musulmans représentent donc l’essentiel de la population immigrée (Mais plus forcément des flux migratoires actuels qui viennent d’Afrique centrale ou d’Europe de l’Est), et les Musulmans sont de plus en plus pratiquants. C’est ce qu’on appelle la désécularisation. Elle est souvent expliquée par des facteurs sociaux : la détresse économique jetant les Musulmans et leurs enfants dans les bras des imams et des prédicateurs.

Sans aucun doute la population musulmane vit dans les quartiers les plus pauvres des villes de France : ils sont 37% à vivre dans les quartiers les plus pauvres (Identifiés à travers les IRIS, Îlots Regroupés pour l’Information Statistique, unité statistique de l’INSEE de 2 000 à 5 000 habitants) alors qu’ils ne représentent que moins de 8% de la population. Ils sont 4,6 fois plus nombreux dans ces quartiers qu’ils ne le devraient. Le facteur social joue dans la mesure où les enfants d’immigrés du Sahel, du Maghreb et de Turquie (SMT) sont plus nombreux dans les quartiers aisés à accorder une importance faible à la religion que dans les quartiers pauvres.

Sur l’ensemble de l’Union Européenne (UE), les jeunes musulmans se déclarent plus religieux que leurs parents au même âge. Au contraire, les enfants d’immigrés catholiques (Les Portugais par exemple) sont en 2009 moins pratiquants que ne l’étaient leurs parents ou leurs grands frères 20 ans plus tôt, et ce même dans les quartiers pauvres. La nouvelle génération de Musulmans (étrangère, immigrée ou native), est donc plus religieuse.

La désécularisation de la population musulmane s’explique par une très forte endogamie : si 60% des Protestants se marient avec un conjoint non-protestant, ils ne sont que 11% chez les Musulmans. L’endogamie est donc très forte. 84% des enfants d’un couple comptant au moins un (Sinon les deux) parent musulman sont eux-mêmes Musulmans. Contre 60% pour les Catholique et 44% pour les Protestants.

Les Turcs sont les champions européens de l’endogamie : en France 3% seulement des jeunes filles turques arrivées enfants en France se sont mariées avec un non-Turc, 5% de l’ensemble des jeunes filles immigrées turques se sont mariées avec un non Turc. Aux Pays-Bas, 60% des Turcs se sont mariés avec des jeunes femmes turques arrivées exprès de Turquie pour le mariage.

La transmission de l’Islam s’est aussi améliorée : si 43% des parents musulmans arrivés entre 1950 et 1960 ont transmis leur religion, c’est le double un demi-siècle plus tard. Entre 1960 et 1970, 24% des enfants de parents musulmans avaient reçu une éducation religieuse, c’est 55% en 1990. Le double donc.

La population musulmane en France va prendre une place croissante dans la population française. Son accroissement démographique naturel étant égal en quantité à celui des Français natifs, soit un taux d’accroissement naturel 12 fois supérieur à celui des Français natifs, de deux parents français (Ceux que Michèle TRIBALAT appelle les « natifs au carré », faute de pouvoir dire les « Français de souche »). Avec une réduction de l’indice de fécondité de 2,8 (2007) à 2,4 (2030), le Pew Forum estime que les Musulmans en France seront 7 millions en 2020 et 9 millions en 2030. Soit une croissance de 46% en 20 ans. La France en 2030 comptera donc encore 23% des Musulmans de l’UE, qui seront 30 millions, soit 6% de la population européenne totale estimée.

Si les Musulmans sont plus nombreux qu’avant (1950-1980), et si l’Islam se transmet mieux qu’avant au sein des familles, l’Islam est aussi plus visible en France qu’auparavant. On peut le mesurer au port du voile : 19% des 18-50 ans des Musulmanes le portent, mais elles ne sont que 9% dans les quartiers riches. Ce qui veut dire que vous allez croiser une femme voilée sur 300 dans les quartiers riches contre une femme sur 12 dans les quartiers pauvres. Cela veut dire aussi que la pression sur les femmes musulmanes à porter le voile sera plus forte dans les quartiers pauvres.

Le degré de qualification joue sur le port du voile : si 35% des femmes musulmanes sans diplôme le portent, elles ne sont 12% pour celles ayant un diplôme universitaire. Les interdits alimentaires sont également plus respectés : si 80% des 18 ans – 50 ans déclarent les respecter toujours, ils sont 90% dans la tranche d’âge des moins de 18 ans (Et 94% chez les femmes). À cette visibilité accrue s’ajoute aussi une revendication accrue : des associations islamiques sont en France, comme en Europe, de plus en plus nombreuses à demander un respect des pratiques religieuses islamiques, y compris dans les écoles et y compris de la part des non-musulmans. La condamnation (Fatwa) de Salam RUSHDIE après la parution des Versets sataniques (1988) a ouvert la voie à un mouvement général d’abdication des pouvoirs publics et des élites devant les revendications des associations islamiques les plus agressives.

Face à cette visibilité accrue de l’islam et ces revendications accrues, les populations natives ont répondu de manière différenciée en fonction de leur niveau social. Les classes populaires (Ouvriers et employés) se sont retranchées dans les villes moyennes et petites (20 000 habitants), refusant la cohabitation avec une population immigrée musulmane de plus en plus visible et revendicative. Les classes populaires ont refusé d’être « touristes chez eux » pour s’isoler hors des grandes agglomérations. Les élites au contraire ont fait une promotion hypocrite de la diversité ethnique et culturelle, valorisant d’autant plus l’Autre qu’elles n’avaient pas à le côtoyer réellement.

La gauche en France a d’ailleurs abandonné l’électorat prolétaire, qu’elle a jugé trop éloigné de ses valeurs multiculturalistes, pour développer une thématique politique à destination des minorités (Ethniques, religieuses, sexuelles, de genre…) plus enclines selon elle à voter socialiste. Le Think Tank Terra Nova a été dans cette dynamique d’abandon des classes prolétaires la matrice idéologique du Parti Socialiste (PS).

L’assimilation, qui impose aux immigrés un référentiel cultuel établi d’après les normes du pays d’accueil, n’est donc plus au programme. La culture du dénigrement de la France est érigée en réflexe de pensée par les élites et les médias : les guerres mondiales et coloniales ayant abattu l’image positive que la France avait d’elle-même. Désormais l’Autre est valorisé a priori, de même que ce qui est français est dévalorisé systématiquement.

La France s’aligne donc sur les politiques des pays du Nord (Grande Bretagne, Belgique, Pays Bas), alors que ces mêmes pays remettent au même moment en question leur propre modèle multiculturel. Elle le fait d’autant plus aisément que l’Union Européenne (UE) encourage le modèle multiculturel.

Pour les eurocrates, en effet, l’affaiblissement de l’idée de nation renforce ses dynamiques de prise de contrôle de pans entiers de la souveraineté des États. Les élites françaises (Politiques, culturelles et médiatiques) sont des alliées objectives des fonctionnaires de Bruxelles en acceptant le transfert en France du modèle migratoire européen au détriment du modèle assimilationniste français. Alors même qu’elles n’ont pas à subir les conséquences du passage d’un modèle à un autre.

L’abandon du modèle assimilationniste est d’autant plus incompréhensible en terme démocratique que tous les signaux politiques et électoraux montrent que les classes populaires européennes sont farouchement hostiles à la perte de leurs identités nationales.

L’EXTRAIT

« Les natifs n’intéressent plus guère. »

« […] Les difficultés propres à ces natifs au carré (1) des catégories populaires n’intéressent plus guère. Terra Nova (2) brosse d’eux un portrait en creux dévastateur :

– ils incarnent la France d’hier et sont ainsi privés d’avenir ;

– ils résistent au changement et sont ainsi une entrave au progrès ;

– ils sont intolérants ;

– ils sont fermés, sur la défensive, indifférents aux autres et pessimistes.

                Ils n’ont rien pour plaire et ne peuvent qu’éprouver un fort ressentiment face à l’abandon de la gauche qui, si elle n’a pas endossée publiquement le programme de Terra Nova, est marquée par l’influence de ce groupe de réflexion. […] Ces natifs au carré […] regardent avec envie les efforts entrepris pour rendre plus agréables les fameux « quartiers populaires ». On a ainsi dépensé, dans le cadre du plan de rénovation urbaine […] 600 millions d’euros pour rénover le plateau de Clichy-sous-Bois / Montfermeil, soit une dépense d’environ 40 000 euros par habitant. […] Le lieu d’habitat des natifs au carré des catégories populaires les place souvent en dehors des zones bénéficiant de ces politiques sociales, zones qui sont aussi intégrées dans des périphéries urbaines très dynamiques. Un mélange d’exigence sur le mode de vie et d’absence de moyens financiers pour la satisfaire dans une zone fortement urbanisée les renvoie à la périphérie des centres urbains, dans des petites villes ou à la campagne où se trouvent encore quelques emplois industriels. Les catégories les plus favorisées n’ont pas de problème à faire coïncider leurs exigences avec un environnement urbain où elles peuvent facilement échapper aux nuisances.

[…] Dans les zones faiblement urbanisées, les ouvriers natifs au carré évitent les contextes les plus difficiles auxquels 9% d’entre eux sont confrontés dans les grandes unités urbaines où seulement 20% d’entre eux résident. Les cadres maximisent leur environnement social dans les grandes villes, les ouvriers dans les petites ou à la campagne.

En résidant dans de petites communes périphériques, les natifs au carré des catégories populaires réussissent à éviter les concentrations ethniques importantes auxquels ils seraient confrontés dans les grandes agglomérations. […]

Pour que l’assimilation fonctionne, les natifs au carré doivent aussi avoir le sentiment qu’ils exercent un ascendant culturel reconnu par l’ensemble du corps social, élites comprises qui sont celles qui distribuent les bons et les mauvais points. Or leur ascendant culturel est contesté […] par ces élites pour qui toutes les cultures ont un même droit de cité. La séparation devient alors la conduite rationnelle des catégories populaires pour protéger leurs propres modes de vie. […] »

(1) Natifs au carré : c’est ainsi que Michèle TRIBALAT nomme les citoyens français de parents eux-mêmes français. Ils sont donc natifs de natifs. D’où l’expression de natifs au carré. L’expression peu heureuse fait suite aux critiques formulées à l’encontre de Michèle TRIBALAT qui auparavant parlait des « Français de souche », expression jugée xénophobes par une partie de la gauche française. Notes de Erwan Bertho.

(2) Terra Nova : association de gauche proposant des idées forces dans le domaine politique (Think Tank) jugée par Michèle TRIBALAT responsable sur recentrement sur les minorités visibles des préoccupations du Parti Socialiste.

TRIBALAT (2013), pages 262 ; 263 ; 264 et 267. → Retrouvez cette fiche sur Pack Histoire-Géographie/Bibliothèque virtuelle, sur Serveur Docs/Public/Pack Histoire-Géographie/Bibliothèque virtuelle et sur histgeolaf.toile-libre.org/Bibliothèque virtuelle. © Erwan BERTHO.

→ Pour revenir à l’index des fiches de lectures classées par genre de la bibliothèque virtuelle, cliquez ici.

→ Pour revenir à l’index des fiches de lectures classées par auteurs de la bibliothèque virtuelle, cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email