Tale- GÉOGRAPHIE (3), La France, une puissance maritime ?

Tale– GÉOGRAPHIE (3), La France, une puissance maritime ?

La puissance, catégorie d’analyse centrale en géopolitique, désigne la capacité, de faire respecter sa volonté. Les États capables d’imposer leur une autorité dans un champ de volontés contradictoires. Dès la Belle époque, les précurseurs anglo-saxons de cette discipline[1] ont montré que la puissance a toujours une dimension maritime. La France est ceinturée de mers (mer du Nord, Manche, océan Atlantique, mer Méditerranée) et dispose de nombreux territoires ultramarins qui lui garantissent un accès vers des espaces maritimes stratégiques (la Guyane et les Antilles vers les Caraïbes et le Golfe du Mexique, Mayotte et la Réunion vers le canal du Mozambique et l’océan Indien, la Polynésie française, La Nouvelle Calédonie et Wallis et Futuna vers l’océan Pacifique). Dans quelles mesures peut-on dire que la France est une puissance maritime ?

*             *             *

Grâce à ces nombreux territoires ultramarins et selon le dispositif des Zones Économiques Exclusives (ZEE, conférence de Montego Bay, voir le cours 2) la France dispose d’un immense domaine maritime (plus de 11 millions de km²) et est capable de rapidement projeter ses forces partout sur la planète.

La Marine française s’appuie sur ses 22 000 marins (effectif en diminution) mais surtout sur son matériel performant : un porte-avion à propulsion nucléaire (le Charles de Gaulle) et 3 porte-hélicoptères (le Mistral, le Tonnerre et le Dixmude) capables de déployer environ 200 aéronefs (dont une trentaine de Rafales). L’action des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) français (le Triomphant, le Téméraire, le Vigilant et le Terrible) est coordonnée depuis la base de l’Ile Longue en Bretagne. La Marine française s’appuie également sur des patrouilleurs et des frégates de surveillance. Ces unités spécialisées dans le secours, la surveillance et le combat sont commandées depuis différents quartiers généraux : Brest et Cherbourg sur la façade atlantique, Toulon sur le littoral méditerranéen mais aussi Martinique (Caraïbes) et Abu Dhabi (golfe arabo-persique et océan Indien). Depuis ses bases qui se succèdent sur les côtes africaines (Dakar au Sénégal et Port-Gentil au Gabon) et dans l’Océan Indien (Mayotte, la Réunion) la marine française est active dans la lutte contre la piraterie (mission Corymbe dans le golfe de Guinée). Les bases de Nouméa (Nouvelle-Calédonie, collectivité dans l’océan Pacifique), Guyane et Guadeloupe (DROM dans les Caraïbes) complètent le dispositif. La Marine française est impliquée dans de nombreuses opérations extérieures : Harmatan en Libye, Chammal en Irak et en Syrie.

*

Si la France est une puissance maritime de premier plan elle est tout de même concurrencée et contestée. La Marine française se classe devant la Royal Navy britannique mais derrière l’US Navy (7 flottes déployées en permanence dans les mers et les océans) et la marine russe (160 000 marins). La France doit également composer avec des puissances maritimes émergentes : la République populaire de Chine (255 000 marins et des investissements massifs dans le cadre de la stratégie du collier de perles »), l’Inde (seule puissance asiatique disposant de porte-avions), le Brésil et la Turquie.

                La puissance française repose sur sa capacité à se projeter rapidement partout sur la planète. Les territoires ultramarins jouent un rôle considérable dans ce dispositif. Ils revêtent une dimension hautement stratégique. Les îles

Éparses et notamment Europa, Bassas da India et Juan de Nova d’une part, sont des territoires français dispersés dans l’Océan Indien. Ils permettent à la France de contrôler le canal du Mozambique, axe hautement stratégique. Les Comores, l’Ile Maurice et Madagascar contestent la souveraineté française sur les îles Éparses. De même, le mouvement indépendantiste kanak (Nouvelle Calédonie) menace la timide présence française dans l’Océan Pacifique.

*             *             *

La France est une puissance influente. Sa capacité à se projeter rapidement partout sur la planète et son matériel innovant en font un acteur géopolitique de premier plan. Cependant, d’autres Etats concurrencent et contestent la puissance française.

Source : DUFOURCQ J., 2016, « La France et la mer : approche stratégique du rôle de la marine nationale » in Hérodote 2016/163. Disponible au CDI.                              © Souleymane ALI YÉRO, Erwan BERTHO & Ronan KOSSOU (2020)

[1] Sir Halford MACKINDER, « The geographical pivot of History », article issu d’une conférence prononcée en 1904 à la Société royale de géographie de Londres. Alfred MAHAN, « The Influence of Sea Power upon History, 1660-1783 », article publié en 1890.

→ Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal au format Microsoft Office Word :

Terminale_Géographie_3_France_puissance maritime

Articles complémentaires :

Cliquez ICI pour accéder au cours précédent intitulé “Mers et océans : entre appropriation, protection et liberté de circulation.”

Cliquez ICI pour accéder au cours suivant “Des territoires inégalement intégrés à la mondialisation.”

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Nouveaux programmes du Lycée (2019)”

Cliquez ICI pour accéder au programme de Géographie de Terminale générale

Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Mondialisation : fonctionnement et territoires”

Print Friendly, PDF & Email