1ère – GÉOGRAPHIE (5), Métropolisation, littoralisation des activités et accroissement des flux. 

1ère – GÉOGRAPHIE (5), Métropolisation, littoralisation des activités et accroissement des flux. 

                                La mondialisation, interconnexion et interdépendance des territoires, des économies et des sociétés à l’échelle mondiale, a entraîné une division des processus productifs : les territoires se spécialisent et leur mise en réseau construit une chaîne de valeur. Quelles en sont les conséquences géographiques ? 

*          *          *

                La mondialisation a entraîné une recomposition des espaces productifs organisés dorénavant en chaîne de valeur ajoutée : les fonctions décisionnelles (Innovation, marketing, design, sièges sociaux) sont concentrées dans les littoraux et les métropoles tandis que les fonctions de production et d’assemblage sont dispersées dans les pays ateliers. L’I Phone d’Apple ou les Galaxy de Samsung illustrent cette mondialisation de la chaîne de production industrielle. Conçus et designés à Cupertino en Californie (États-Unis) pour les I Phones, à Séoul et Suwon (En Corée du Sud) pour la gamme Galaxy, ils sont assemblés en République Populaire de Chine (RPC) via une société taïwanaise, Foxconn, pour les I Phones, les Galaxy sont assemblés en fonction des marchés au Vietnam, en RPC (Shenzhen) ou en Inde (Dans la ville de Noida), voire en Algérie (Dans la banlieue d’Alger, à Rouïba). Les composants sont produits dans plus de 50 pays dans le monde, pour les deux gammes de Smartphones. Une fois assemblés, les téléphones portables sont revendus dans le monde entier : le Galaxy S6 de Samsung a été écoulé à plus de 6 millions d’exemplaires en 20 jours, et 45 millions d’exemplaires ont été vendus dans l’année de sa sortie, moins que la gamme S7 vendus en un an à plus de 55 millions d’exemplaires.

*

                La production en chaîne de valeur entraîne une concurrence des territoires pour capter l’essentiel de la valeur ajoutée : cette concurrence s’exerce à toutes les échelles. Les métropoles offrent des avantages comparatifs évidents : concentration de pouvoirs, d’investisseurs, de centres de recherches, de consommateurs et de producteurs, reliées au Reste Du Monde (RDM) aussi bien pour les flux matériels (Autoroutes, voies ferrées, aéroports, ports et leurs Zones Industrialo-portuaires, ZIP) qu’immatériels (Flux Internet pour les informations, les transferts de fonds), elles attirent préférentiellement les Investissements Directs Étrangers (IDE). Les métropoles mises aussi sur la qualité de vie, un argument mis en avant par Francfort, en compétition avec Paris et Amsterdam pour attirer les banques étrangères basées à Londres et qui cherchent de nouvelles implantations dans la zone euro (€). Les ZIP assurent une intégration presque parfaite entre flux marchands et production industrielle : à Tanger, l’usine Renault de voitures LOGAN (Marques Dacia, Renault, Nissan et Lada) exporte dans 74 pays grâce à une ligne de train qui relie l’usine au port de TangerMed. Les espaces se spécialisent donc pour attirer les IDE : les pays les plus pauvres mettent en avant le faible coût du travail (Droit syndical inexistant, salaires faibles, fiscalité complaisante, responsabilité patronale nulle ou faible, nombreux dénis des droits de l’homme) pour attirer les usines du Nord.

*

                La production en chaîne de valeur ajoutée nécessite des flux fluides et constants, elle a pour corollaire une exceptionnelle intensification des flux de toutes natures, matériels, humains et immatériels (Flux d’informations et de transferts de capitaux). Les flux matériels (Matières premières, produits semis finis destinés aux pays ateliers, produits manufacturés sortis d’usine) sont en constante augmentation : depuis 1980 ils ont été multipliés par dix. 75% des flux mondiaux sont des flux de marchandises. Les flux immatériels nécessitent des infrastructures importantes, essentiellement des câbles sous-marins (97% du trafic Internet) : 400 câbles sous-marins parcourent les océans pour délivrer l’information qui assure le fonctionnement des métiers du tertiaire et du quaternaire. Les flux financiers (345 milliards US$ exportés rien que pour les États-Unis) sont concentrés dans quelques pays : la RPC et les États-Unis en concentrent 30% à eux seuls ! La géographie des flux fait émerger des pôles (Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et Asie de l’Est) qui sont les centres d’impulsion et les bénéficiaires de la mondialisation.

*          *          *

                L’interdépendance et l’interconnexion des territoires a entraîné une domination des littoraux industrialisés et des métropoles sur les autres espaces : la polarisation qu’ils exercent recompose l’espace mondial en ajoutant encore plus de concentration de pouvoirs et de richesses au sein d’un nombre toujours plus restreint de catégories sociales et de territoires.

© Souleymane ALI YÉRO, Erwan BERTHO & Ronan KOSSOU (2019)

→ Cliquez ci-dessous pour télécharger le document principal au format Microsoft Office Word :

Premiere_Geographie_1ere_5_Littoralisation_&_flux

Articles complémentaires :

← Cliquez ICI pour accéder au cours précédent “La diversification des espaces de production dans le monde.”

→ Cliquez ICI pour accéder au programme de Géographie (2019) des classes de 1ère générale. 

→ Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie “Nouveaux programmes du lycée 2019”.

→ Cliquez ICI pour accéder à l’index de la catégorie de Documents de Géographie “Mondialisation, fonctionnement et territoires.”

Print Friendly, PDF & Email