BIOGRAPHIES – Histoire Première & Terminale “Les dirigeants soviétiques.”

BIOGRAPHIES

BIOGRAPHIES DES DIRIGEANTS SOVIÉTIQUES

1945 – 1991

Par ordre chronologique

 Le système politique soviétique est démocratique en théorie, totalitaire en réalité.

Il y a des élections régulières, le parlement se réunit (Soviet Suprême) et contrôle l’activité de l’administration. Le parlement suit la majorité des députés qui sont à 75% des membres du Parti Communiste de l’Union Soviétique (PCUS).

En réalité les élections sont à candidats uniques. Les députés non apparentés au PCUS sont en fait autorisés par le Parti pour donner l’illusion du multipartisme.

Un secrétariat de 21 membres organise les travaux du Soviet Suprême : c’est le Praesidium du Soviet Suprême.

 La réalité du pouvoir appartient au PCUS. On compte 15 millions de membres du PCUS. Ils élisent tous les 5 ans un Congrès (XXe congrès du PCUS en 1956, XXVIIIe et dernier de l’URSS en 1990) de 5,000 participants. Le Congrès élit 250 membres qui forment le Comité Central qui se réunit deux fois pas an. Entre les sessions du Comité Central c’est le bureau politique (Politburo) qui se réunit une fois par semaine et qui organise les travaux du parti.

Le secrétariat (qui se réunit tous les jours) organise les travaux du Politburo. Ainsi le pouvoir appartient au secrétariat du PCUS seul organe permanent du parti. Le dirigeant du secrétariat, le secrétaire général, est le vrai maître de l’URSS.

 Le Politburo siège, comme tous les organes supérieurs, au sein du Kremlin, ancienne résidence – citadelle des Tsars Romanov. C’est un ensemble de palais et de chapelles orthodoxes. Une esplanade surplombe la grande place de Moscou : la « Place rouge ». Les membres du Politburo assistent donc du Kremlin aux grands rassemblements populaires.

 Pour donner l’illusion de la collégialité les maître de l’URSS ne portent pas toujours les mêmes titres (la Constitution de l’URSS adoptée en 1924 a été amendée 130 jusqu’en 1991 !). Vous pouvez trouver les expressions « Secrétaire général du PCUS », « Président du Comité Central », « Président du Paresidium du Soviet Suprême ». Mais le secrétaire général du PCUS est le poste qui donne la réalité du pouvoir.

 STALINE (Joseph)

Secrétaire général du PCUS jusqu’en 1953 date de sa mort.

Atteint de folie paranoïaque il dirige l’URSS par la terreur de masse et le culte de la personnalité, faisant de l’URSS un Etat totalitaire. Il rompt la « Grande alliance » (1945) avec les Anglo-américains et s’empare de l’Europe de l’Est transformant les territoires libérés en « Républiques démocratiques », les pays satellites de l’URSS. Il favorise une politique étrangère agressive (Soutien au Parti Communiste Chinois, crise de Berlin 1948 – 1949, guerre de Corée 1949 – 1953). Il extermine ses opposants intérieurs (procès politiques truqués) et extérieurs. Sa mort amène une équipe moins paranoïaque et prête au dialogue avec l’Ouest.

 KHROUCHTCHEV [KH-CH-T- CH] (Nikita)

Secrétaire général du PCUS de 1953 à 1964 date de sa démission et de son exil intérieur.

Il élimine les opposants intérieurs dont tous les collaborateurs de Staline (Exécution de Beria en 1953) et favorise la déstalinisation lors du XXe Congrès du PCUS en 1956 : un million et demi de prisonniers (les « Zeks ») des camps de concentration sont libérés. Il favorise le rapprochement avec l’Ouest (Politique dite de « Coexistence pacifique ») mais soutien les mouvements tiers-mondistes (Nasser en 1956, Castro en 1959) et fait régner l’ordre en Europe de l’Est par la violence (Répression du soulèvement de Budapest en 1956 et construction du mur de Berlin en 1961). Ses adversaires au PCUS lui reprochent ses échecs diplomatiques (Crise des missiles de Cuba en 1962) et économiques.

 BREJNEV (Leonid)

Secrétaire général du PCUS de 1965 à sa mort en 1983 (Déclaré cliniquement mort après une attque cérébrale en 1976, impotent depuis 1978)

Poursuit en matière de politique internationale la politique de Khrouchtchev. C’est la « Détente » (1965 – 1975) : de nombreux traités (contre les essais nucléaires, pour le désarmement, de commerce avec les Etats-Unis, sur les droits de l’homme…) sont signés. Mais les oppositions sont sévèrement réprimées (Prague 1968) aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. A partir de 1975 il favorise une politique stalinienne de relations internationales agressives (Soutien aux régimes socialistes d’Afrique, invasion d’Afghanistan et soutien militaire au Vietnam). Il est le promoteur de la « Guerre fraîche » (1975 – 1985) que ses successeurs mèneront aussi.

 ANDROPOV (Youri)

Secrétaire général du PCUS de 1983 à sa mort en 1984.

Président du KGB depuis 1967. Devient Secrétaire général du PCUS à 70 ans alors qu’il est atteint d’un cancer généralisé pour lui faire plaisir et parce qu’il a des dossiers sur tout le monde. Poursuit la politique brejnévienne de tensions avec l’Ouest.

 TCHERNENKO (Constantin)

Secrétaire général du PCUS de 1984 à sa mort en 1985.

Elu en 1984 à l’âge de 73 ans et cancéreux lui-aussi. Est élu parce qu’on ne sait pas encore qui choisir. Poursuit la politique brejnévienne de tensions avec l’Ouest.

 GORBATCHEV (Mikhaïl)

Secrétaire général du PCUS de 1985 à 1991 (démission) avant la dissolution de l’URSS.

Elu à l’âge de 56 ans (soit 20 de moins que ses deux prédécesseurs). Mène une politique de réformes intérieures dans la gouvernance et de libéralisation de l’économie et de la société. Met fin à la guerre fraîche et renoue avec l’Occident : retrait d’Afghanistan (1986), traités de désarmement (1987), autonomie des entreprises (1988), accepte la chute du mur de Berlin (1989) et la réunification allemande (1990), interdit les activités du PCUS dans l’armée, le KGB et la police (1991). Mais fragilisé par un coup d’Etat brejnévien il est marginalisé par Boris Eltsine (été 1991) et ne peut éviter la dissolution de l’URSS (décembre 1991).

 ELTSINE (Boris)

Premier président de la Fédération de Russie indépendante après la disparition de l’URSS. Le 25 décembre 1991 à minuit le drapeau de la Fédération de Russie est hissé sur les toits du Kremlin en remplacement de celui de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Démissionne en 1999. Remplacé par Vladimir POUTINE.

ARTICLES CONNEXES :

→ Pour accéder à l’index de la catégorie “Guerre froide (1947-1991)”, cliquez ICI.

Cliquez ICI pour accéder à l’index des repères d’Histoire classés par genres (Biographies, chronologies, définitions, frises chronologiques, schémas & infographies…)

Print Friendly, PDF & Email